Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Sécurité : le gouvernement ratifie 3 conventions internationales règlementant l’usage de certaines armes
Publié le jeudi 9 juillet 2015  |  Ministères
Conseil
© Présidence par DR
Conseil des Ministres extraordinaire présidé par le Chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara
Mercredi 07 janvier 2015. Un Conseil des Ministres s`est tenu, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence du Chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara
Comment




L’État de Côte d’Ivoire a ratifié trois conventions internationales sur les armes, à l’issue du Conseil des ministres qui s’est tenu le 8 juillet au Palais présidentiel. La première convention, adoptée le 12 avril 1972 interdit l’usage, la fabrication et le stockage des armes bactériologiques ou biologiques. Tandis que la deuxième, adoptée le 10 octobre à Genève, proscrit ou limite l’utilisation de certaines armes aux effets démesurés ou excessivement traumatisants. Enfin, la troisième convention est un protocole d’accord entre l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et l’État ivoirien sur la non-prolifération des armes nucléaires, signé le 22 octobre 2008 à Vienne en Autriche.

Le Porte-parole du Gouvernement, le ministre de la Poste et des TIC, M. Bruno Koné a indiqué que les autorités ivoiriennes ont ratifié ces conventions pour contribuer à la sécurité dans le monde et renforcer les fondations de la paix en Côte d’Ivoire puisqu’à travers ces conventions, a-t-il expliqué, l’État se donne les moyens de veiller à ce que ces armes à la dangerosité reconnue ne se retrouvent dans les mains de personnes malveillantes ou de groupes terroristes.

À ce propos, face aux menaces proférées contre la Côte d’Ivoire par un groupe terroriste, le ministre Bruno Koné a appelé ses concitoyens « à faire confiance au gouvernement et surtout au Conseil national de sécurité qui travaillent de façon rigoureuse » sur ce dossier, même si, selon les informations émanant des services en charge de la sécurité et de la défense, « il n’y a pas de menaces réelles, visibles à ce jour sur le territoire ivoirien ».

Toutefois, a ajouté le Porte-parole du gouvernement, « des précautions sont prises pour qu’éventuellement, au cas échéant, nous puissions réagir efficacement, si une telle menace se présentait ».

Sans vouloir aller dans le détail des précautions prises, le ministre Bruno Koné a qualifié la menace terroriste de « menace extrêmement diffuse qu’on ne peut traiter comme des menaces plus classiques, plus visibles ou plus marquées. Ici, d’autres mesures sont mises en œuvre notamment, le renseignement », a-t-il souligné.

Par ailleurs, évoquant les récentes inculpations de militaires par la justice ivoirienne pour répondre à la question d’un journaliste, le Porte-parole du gouvernement a souligné que les procédures sont au stade simple des ‘’auditions’’ et visent à faire la lumière sur les accusations dont ils font l’effet.

Cette démarche de la Justice vient conforter la promesse du Président de la République de laisser la justice faire son travail pour qu’il n’y ait pas d’impunité en Côte d’Ivoire.
Au plan économique, le Gouvernement a approuvé durant ce Conseil, « la prise de participation financière de l’État à hauteur de 40% dans le capital de l’Agence pour le développement et la compétitivité des industries de la Côte d’Ivoire (ADCI).

Cette agence, créée dans la cadre du programme national de restructuration de mise à niveau des entreprises ivoiriennes à fort potentiel de croissance, est une société anonyme à participation privée majoritaire, chargée d’améliorer la compétitivité des entreprises industrielles ivoiriennes ; à travers une assistante technique, des formations, des financements, etc.

Par ailleurs, le gouvernement a sollicité une revue pour l’année 2015, de la note de la Côte d’Ivoire produite par les agences de notation Ficth et Moody’s. Cette démarche est motivée par le souci du gouvernement de rester dans une dynamique de bonne gouvernance, a fait savoir le ministre Bruno Koné.

Au titre des rendez-vous, le Porte-parole du gouvernement a communiqué, la remise du rapport sur l’éducation le 13 juillet. Le 20 juillet, le Président de la République, SEM Alassane Ouattara va rencontrer le corps préfectoral puis va procéder à une visite d’État dans le Woroba du 22 au 26 juillet. Il a annoncé également, l’arrivée du Président de transition du Burkina Faso, M. Michel Kafondo en Côte d’Ivoire, le 27 juillet.
Commentaires


Comment