Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Après les émeutes de Ferké : Des gendarmes mis aux arrêts
Publié le jeudi 13 aout 2015  |  Notre Voie
Comment




La ville de Ferké a retrouvé sa quiétude après les violentes émeutes qu’elle a vécues, selon des habitants joints dans l’après-midi par téléphone. Hier matin, les commerces et les administrations ont rouvert, dans un calme précaire. «Le Premier ministre Duncan a rencontré le chef de canton pour que celui-ci use de son influence pour apaiser les esprits. Je pense que l’appel du chef a été entendu, puisque les activités ont repris et les jeunes ont cessé de manifester», a indiqué un habitant sous le couvert de l’anonymat. Pour qui les gendarmes ne sont pas visibles en ville, par mesure de prudence. Malgré la présence massive des Frci déployées dans les points névralgiques.
Des sources ont relevé que les corps du paysan Yéo Sékou et de la seconde victime sont encore à la morgue de Ferké. Par ailleurs, les deux gendarmes mis en cause dans le décès du Yéo Sékou et dont la mort a mis le feu aux poudres ont été mis aux arrêts, à en croire des sources sécuritaires, pour des besoins de procédure. Si les habitants évoquent avec insistance une thèse d’assassinat et que le défunt Yéo ne détenait aucune arme à feu, des forces de l’ordre se défendent en avançant la thèse d’un coupeur de route abattu. Toutefois, tout ce monde reconnaît que Yéo Sékou a été atteint mortellement d’une balle. Et c’est ce qui a amené des jeunes gens à blesser grièvement des autorités, à saccager des véhicules et des bâtiments administratifs dont la brigade de gendarmerie de Ferké. Et à ouvrir le feu sur des gendarmes pris pour cible.
Didier Kéi
Commentaires

Titrologie



Notre Voie N° 5080 du 12/8/2015

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie
Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment

Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment