Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Face au litige foncier à Kpoussoussou (Yamoussoukro), la population demande l’arbitrage du gouvernement
Publié le samedi 15 aout 2015  |  AIP
Comment




Yamoussoukro - Des propriétaires terriens du village de Kpoussoussou (Yamoussoukro), regroupés au sein d’un collectif, ont sollicité vendredi l’arbitrage du ministre de la Construction en vue d’apporter une solution définitive au conflit foncier qui les oppose à des agents de la direction régionale de la Construction sur le site du quartier Krokrénou résidentiel.

"Nous interpellons le ministre afin qu’il intervienne pour éviter la violence et le pire", a déclaré René Kouassi Kouamé, le président du collectif des propriétaires terriens de Kpoussousou, vendredi, soit deux jours après une marche de protestation devant les locaux de la direction régionale de la Construction.

Kouassi Kouamé a fait savoir qu’un premier opérateur avait procédé à des travaux de lotissement sur le site du quartier Kokrénou résidentiel qui n’avait pas été approuvé par l’État. "Parce que cet opérateur avait inclu la réserve de l’État dans le lotissement mais aussi et surtout parce que les propriétaires terriens et l’opérateur ne s’étaient pas accordés sur les clauses du contrat", a-t-il expliqué.

Le président du collectif des propriétaires terriens de Kpoussoussou a également relevé que le lotissement a été repris avec un autre opérateur jusqu’à l’achèvement avec la distribution d’attestations aux propriétaires terriens qui ont même reçu une copie de l’approbation signée par le ministre de la Construction.

"Contre toute attente, l’ancien opérateur et des agents de la direction régionale de la Construction contestent les attestations signées par le chef du village", a confié Kouassi Kouamé qui qualifie "ces agissements" d’ingérence des agents de la Construction dans la distribution des lots de leur terre.

"Nous n’accepterons pas que des administrateurs viennent nous exproprier de nos terres", a-t-il prévenu, invitant toutefois les populations au calme et à attendre que le ministre de tutelle, Mamadou Sanogo, se saisisse du dossier pour un dénouement heureux en faveur de la population.

(AIP)
nam/cmas
Commentaires


Comment