Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article
Sport

Ministère des Sports: les 100 jours d’Albert François Amichia
Publié le lundi 17 aout 2015  |  L’intelligent d’Abidjan
Les
© Abidjan.net par Atapointe
Les Rendez vous de la famille: les populations sensibilisés sur l`école obligatoire
Lundi 11 Août 2015. au Palais de la culture de Treichville . La première édition de la tribune d`échanges baptisée Les Rendez vous de la Famille a reçu , la ministre Kandia Camara. Anne Ouloto, initiatrice de cette activité avait à ses côtés en plus de la ministre de l`éducation, ses collègues Albert Amichia et Sidi Touré
Comment




Cela fait plus de 100 jours qu’Albert François Amichia a en charge le département ministériel des Sports et Loisirs. Des jours marqués par l’instauration d’un cadre de concertation avec les acteurs du mouvement sportif. A ce niveau, le patron du sport marque une rupture avec son prédécesseur.

Le dialogue et la concertation pour faire avancer les choses
En héritant du département ministériel des sports et Loisirs en mai 2015 en remplacement du ministre Alain Lobognon, Albert François Amichia avait pour mission principale, d’apporter une sérénité et la paix dans le milieu sportif ivoirien. Surtout après l’affaire de primes impayées des Eléphants footballeurs qui a emporté son prédécesseur. Une feuille de route que le ministre s’est évertué à suivre au cours de ces trois mois depuis le 2e étage de l’immeuble Sogefiha au Plateau. Pour ce faire, Albert François Amichia en accord avec les fédérations sportives, a misé sur le dialogue et la concertation, afin que tout problème dans le milieu du sport puisse trouver des solutions ou une partie de solutions. A cet effet, un Cadre Permanent de Concertation (CPC) a été installé au sein du ministère. Ce Cadre constitué des présidents de fédérations, des présidents du mouvement sportif et des cadres du ministère, auront la lourde charge d’examiner les difficultés des acteurs du sport en Côte d’Ivoire, apporter des pistes de solutions. Il permettra en clair, d’apporter la sérénité dans le milieu du sport. Seule condition pour permettre au sport ivoirien de mieux se porter. Une disposition interne qui a déjà porté ses fruits dans la crise des compétitions internationales. (Basket-ball, Rugby, Maracana, football, spécial Olympics. « J’ai voulu tirer les enseignements des précédentes crises qui ont opposé la tutelle aux fédérations sportives, mais surtout me conformer aux instructions de son Excellence Monsieur le Président de la République, qui m’a chargé entre autres missions, de ramener la sérénité dans le milieu du sport. J’ai estimé en effet, que c’est par le dialogue et la concertation que nous pourrons trouver solutions aux problèmes qui se dressent sur le chemin du développement du Sport en Côte d’Ivoire », avait laissé entendre le locataire de l’immeuble Sogefiha au Plateau.

De l’application de la loi sur le sport à la professionnalisation
«Je dois avouer qu’il y a beaucoup de priorités parce que les chantiers sont en grand nombre, mais incontestablement, la loi sur le sport reste la priorité pour moi(…) Faire du sport une profession ». C’est en ces termes que le ministre Amichia a déroulé l’une de ses priorités majeures dès sa prise de fonction. Permettre aux acteurs du mouvement sportif ivoirien de vivre du sport. Et cela passe par l’application de la loi sur le sport votée à l’unanimité en décembre 2014 par l’Assemblée nationale. Afin de mieux comprendre la première loi sur le sport en Côte d’Ivoire, le ministre a permis aux cadres de son département de se l’approprier, afin d’en connaitre les contours et mieux l’expliquer aux sportifs. C’était au cours d’un séminaire à Grand- Bassam. Séminaire qui a permis de déceler 33 textes réglementaires (dix-huit (18) décrets et quinze (15) arrêtés. Ils faciliteront l’application de cette loi dès février 2016. A cet effet, le cabinet du ministre travail depuis quelques jours, afin de rédiger ces textes en vue de les présenter au gouvernement dès la rentrée gouvernementale. « Le peuple ivoirien, le mouvement sportif ivoirien attendent beaucoup de cette loi. Nous avons fonctionné de manière artisanale, en amateur. Aujourd’hui nous voulons passer au stade de professionnalisation. Et, il est important que des textes précis, rigoureux régissent ce mouvement », a soutenu le ministre. Un séminaire à l’endroit des fédérations sportives se prépare pour mieux divulguer cette loi.

Les infrastructures sportives : la difficile équation
Si la professionnalisation est un élément clé pour le ministre Albert François Amichia, elle devra se faire dans un cadre approprié. Avec des infrastructures Sportives de qualité et de références. Dans cette perspective, le parton du sport a effectué une visite des installations sportives tant à Abidjan, qu’à l’intérieur du pays (Yamoussoukro). A ce niveau, beaucoup d’actions restent à faire. Le ministre en faisant l’état des lieux, s’est rendu compte de la situation peu reluisante de nos infrastructures sportives. Du‘’ Felicia’’ en passant par le stade Robert Champroux, au Palais des Sports de Treichville, la piscine d’Etat l’équation des infrastructures sportives reste totale. D’autant plus que la Côte d’Ivoire abritera en 2017, les Jeux de la Francophonie et en 2021 la Coupe d’Afrique des nations de Football. Au niveau des Jeux de la Francophonie, le parton des sports a reconnu lors du passage des membres du comité international de la Francophonie en juin 2015, que la Côte d’Ivoire n’était pas prête à ce niveau. Un aveu qui devra permettre au gouvernement de se pencher sur l’état des infrastructures sportives.

Ange Kouadio
Commentaires


Comment