Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Remise du prix Abdoulaye Fadiga pour la promotion de la recherche économique au titre de l’année 2014 et de lancement de l’Edition 2016 : allocution du Gouverneur de la BCEAO
Publié le jeudi 10 septembre 2015  |  BCEAO
Prix
© Abidjan.net par DF
Prix Abdoulaye Fadiga : les lauréats de l`édition 2014 honorés au siège de la Bceao à Dakar
Jeudi 10 septembre 2015. Dakar. La Banque centrale de l`Afrique de l`Ouest honore les lauréats de son "Prix Abdoulaye Fadiga" organisé chaque 2 ans. L`édition 2014 a vu la victoire du Togolais Yao Dossa Tadenyo.
Comment




➢ Monsieur le Premier Ministre de la République de Côte d’Ivoire,
➢ Monsieur le Premier Ministre de la République du Sénégal,
➢ Monsieur le Ministre d’Etat du Bénin, Chargé de la Prospective,
➢ Mesdames et Messieurs les Ministres, en vos rangs, grades et qualités,
➢ Monsieur le Vice-Gouverneur de la BCEAO,
➢ Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations et Institutions Internationales,
➢ Messieurs les Recteurs d’Université et Doyens des Facultés des Sciences Economiques et de Gestion,
➢ Messieurs les Professeurs et Directeurs des Centres de recherche,
➢ Messieurs les membres de la Commission Bancaire de l’UMOA,
➢ Madame et Messieurs les membres du Comité de Politique Monétaire,
➢ Messieurs les membres du Conseil d’Administration de la BCEAO,
➢ Messieurs les membres du Conseil National du Crédit du Sénégal,
➢ Messieurs les représentants des Banques et Institutions de Microfinance,
➢ Honorables invités,
➢ Mesdames et Messieurs,

Je suis particulièrement heureux de vous accueillir ce matin dans les locaux du Siège de la BCEAO et concomitamment sur tous nos sites par le système de la visio-conférence qui permet à toutes les structures de l’Institution de nous suivre en direct.
Je vous remercie très sincèrement d’avoir accepté de participer à cette cérémonie solennelle de remise du prix Abdoulaye FADIGA pour la promotion de la recherche économique.
Je voudrais aussi exprimer à cette occasion ma profonde gratitude et toute ma reconnaissance à leurs Excellences Messieurs les Premiers Ministres de Côte d’Ivoire et du Sénégal pour l’honneur qu’ils nous font en donnant un éclat particulier à cette manifestation.
La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest a institué en 2008 un prix dénommé « Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la Recherche Economique ». Ce Prix vise à favoriser l’émergence de travaux de recherche de qualité sur la formulation et la mise en œuvre de politiques économiques pertinentes pour le développement des Etats membres de l’UEMOA. A cet égard, il récompense, tous les deux ans, des chercheurs dont les travaux apportent un éclairage supplémentaire et permettent un élargissement des limites de la connaissance économique des pays de l’Union.
Par conséquent, il constitue une grande opportunité pour les jeunes enseignants et chercheurs de faire connaître leurs travaux et de financer leurs activités de recherche.

Il donne également l’opportunité à la Banque Centrale d’orienter les travaux de recherche sur des problématiques importantes pour la conduite de la politique monétaire.
Pour l’édition 2014, nous avons invité deux personnalités de haut rang, le Premier Ministre de la Côte d’Ivoire, son Excellence Daniel Kablan DUNCAN et le Premier Ministre du Sénégal, son Excellence Mahammed Boun Abdallah DIONNE.
Les raisons de ce choix sont multiples mais je ne citerai que trois pour ne pas froisser leur modestie légendaire.
D’abord, ils sont des nôtres. Ils font partie de la grande famille BCEAO pour avoir passé une grande partie de leur riche carrière dans la haute Direction de cette Institution où ils ont connu et approché le Gouverneur FADIGA. Ils ont apporté avec compétence, fidélité et loyauté leur contribution aux résultats de l’Institution.
En second lieu, ils constituent pour la Banque, pour leurs anciens collègues et collaborateurs, un réel motif de fierté pour la simple raison que dans les hautes responsabilités qu’ils assument actuellement, ils portent haut les valeurs cardinales de notre Banque Centrale par leur professionnalisme, leur humilité, leur sens du devoir, leur efficacité et j’en passe.
Pour s’en convaincre, il suffit de suivre leurs actions dans l’actualité en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Avec beaucoup d’ardeur, de conviction et de détermination, ils sont sur tous les fronts où il existe un espoir de faire avancer le progrès. Ils impriment un rythme aux réformes, veillent à l’élaboration des projets, surveillent l’avancement et l’exécution des travaux, l’objectif étant de mettre la croissance économique en phase avec les impératifs des Plans Nationaux de développement, à savoir l’émergence des économies et le partage équitable du bien-être.
Les Chefs d’Etat qui leur ont confié ces hautes fonctions n’hésitent pas à dire publiquement leur mérite et surtout à symboliser par des actes, la satisfaction qu’ils retirent de leur collaboration avec ces infatigables et dévoués serviteurs de l’Etat.
La troisième raison, c’est le grand intérêt qu’ils portent à la recherche et à l’innovation comme un adjuvant indispensable au progrès auquel aspirent nos pays dans leur quête d’amélioration des conditions de vie des populations.
Nous ne pouvions par conséquent avoir meilleurs modèles pour nos jeunes chercheurs qui ont décidé de s’engager dans la voie de l’excellence dans leur profession.
Excellences Messieurs les Premiers Ministres, je vous remercie infiniment d’avoir accepté de remettre les prix aux jeunes lauréats et surtout de leur indiquer la feuille de route qui leur permettra de persévérer dans cette voie.
Mesdames et Messieurs, je vous demande de les applaudir.

Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
La cérémonie de ce matin est consacrée à la proclamation des résultats de la quatrième édition du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la Recherche Economique et à la remise des récompenses aux lauréats.
Le choix de la dénomination de ce Prix a été guidé par le souci d’honorer la mémoire du Premier Gouverneur africain de la Banque Centrale, décédé le 11 octobre 1988 à l’âge de 53 ans, après 14 ans de bons et loyaux services à la BCEAO. Cet homme d’une dimension exceptionnelle a en effet, profondément marqué la vie de la Banque Centrale à travers notamment l’africanisation de son personnel, le transfert de son Siège à Dakar, l’édification d’une culture d’entreprise faite de rigueur, de discipline et de professionnalisme.
Tous ceux qui l’ont côtoyé ont pu voir en lui un homme intègre, un banquier émérite, un leader d’exception, profondément attaché à l’intégration économique et monétaire des pays de l’UMOA et à la défense du franc CFA. Le Gouverneur FADIGA était également un homme d’une simplicité et d’une humilité légendaires, qui avait placé les relations humaines au tout premier plan et fait de la promotion d’une élite africaine de qualité un leitmotiv. C’est dans le prolongement d’une telle vision que la politique de recherche de la BCEAO s’inscrit.

Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Comme toute Banque Centrale moderne, soucieuse de mettre en œuvre une politique monétaire efficace, la BCEAO a toujours accordé un intérêt stratégique à la recherche. Depuis 1993 jusqu’à ce jour, les structures dévolues à la recherche ont évolué dans leur dimension et dans leur composition. Le nombre d’agents affectés dans les services de la recherche a augmenté et s’est diversifié avec l’adjonction d’enseignants-chercheurs ayant une formation anglo-saxonne, recrutés dans des universités américaines et canadiennes.
Dans le souci d’internationaliser une politique de recherche incluant tous les apports extérieurs possible, un cadre de coopération entre la BCEAO et le monde de la recherche a été mis en place incluant les universités et centres de recherche de plusieurs pays. Cette coopération a pris forme avec l’organisation de rencontres scientifiques, notamment de Colloques, séminaires et symposiums, creusets d’échanges approfondis entre des universitaires et des professionnels de la monnaie et de la finance mondialement reconnus.
L’objectif principal de ces rencontres est de favoriser les échanges entre des chercheurs du monde universitaire, des spécialistes des banques centrales, ainsi que des décideurs sur les stratégies à mettre en œuvre par les Etats membres de l’Union pour l’émergence de leurs économies.
A cet effet, le cinquième Colloque BCEAO / Universités / Centres de Recherche a été organisé en 2010 en partenariat avec l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.
De même, le sixième Colloque, programmé au cours du premier trimestre de l’année 2016, sera organisé en collaboration avec le Centre Ivoirien de Recherches Economiques et Sociales et portera sur le thème « Emergence des Etats Membres de l’UEMOA : Stratégies pour une Croissance Durable et Inclusive ».
Un autre axe de la politique de recherche de la BCEAO a trait à la création de la Revue Economique et Monétaire qui contribue à la diffusion régulière des travaux de recherche dans l’Union.
La Revue Economique et Monétaire se propose de mettre à la disposition des chercheurs et universitaires, en particulier ceux qui sont ressortissants des pays de l’UEMOA, un support de référence pour la publication de leurs travaux de recherche en économie. Le Comité Scientifique de cette Revue est composé d’universitaires et de chercheurs de haut niveau, provenant du monde entier, reconnus pour leur expertise dans le domaine des Sciences Economiques. Cette Revue est une référence internationale, approuvée par le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) depuis le 19 juillet 2012. Les articles publiés dans la Revue sont pris en compte pour la promotion d’enseignants-chercheurs aux grades universitaires de Maître-Assistant, de Maître de Conférence et de Professeurs Titulaires. Elle est aujourd’hui la seule Revue francophone reconnue par le CAMES en Afrique pour l’ensemble des grades universitaires.
A ce jour, elle a contribué à la promotion au rang de Professeurs Agrégés de plusieurs Enseignants-Chercheurs des Universités de l’Union.
Toujours en matière de coopération avec le monde de la recherche, la Banque Centrale accorde des bourses de chercheur-invité à des universitaires qui en font la demande, afin de leur permettre de poursuivre leurs travaux dans un cadre propice, en disposant des ressources matérielles, documentaires et statistiques de la BCEAO. Nous avons ainsi accueilli le Professeur ARY TANIMOUNE de l’Université d’Ottawa, premier Lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA, au cours du dernier trimestre de l’année 2014. Le Professeur Felwine SARR de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis est actuellement en séjour à la Banque pour le dernier trimestre de l’année 2015.
Sur un tout autre plan, et bien que ce ne soit pas une activité directe de recherche, le Comité de Politique Monétaire, organe de la Banque Centrale, chargé de la formulation de la politique monétaire a toujours fait en son sein, une place de choix aux enseignants-Chercheurs, désignés soit par les Etats, soit intuitu personæ sur proposition du Gouverneur et nommés par le Conseil des Ministres. Il en a été ainsi pour la période 2010-2015. Pour 2015-2020, deux professeurs titulaires ont fait leur entrée au Comité de Politique Monétaire. Il s’agit des Professeurs Mama OUATTARA, Agrégé de Sciences Economiques, Professeur Titulaire de Sciences Economiques à l’Université d’Abidjan-Cocody et Adama DIAW, Agrégé de Sciences Economiques, Professeur Titulaire à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. L’intérêt étant de renforcer dans la formulation des politiques monétaires, l’expertise dans l’analyse et la gestion de la monnaie.
Enfin, le tableau serait incomplet si nous n’évoquions pas l’adage que nous impose les valeurs d’humilité intellectuelle cultivées par notre Institution : « on ne sait jamais tout et définitivement ». Nous restons par conséquent toujours ouverts à tous ceux qui veulent bien partager avec nous, dans les formats scientifiquement acceptables, les résultats de leurs réflexions et de leurs travaux dans les domaines touchant aux missions de la BCEAO. Ces échanges, mutuellement enrichissants, ont parfois permis une meilleure prise en charge de cette spécificité de notre environnement monétaire, à savoir, une monnaie pour huit économies de tailles et de performances différentes, ayant pourtant opté pour une gestion commune des réserves de change et dont le socle repose sur le principe de la solidarité entre les membres. C’est un schéma qui n’est pas en plusieurs exemplaires dans le monde et qui n’accepte pas toujours les repères classiques d’une monnaie pour un pays.

Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Pour revenir à ce qui nous réunit ce jour, il convient de signaler que trois (3) éditions de ce Prix ont déjà été organisées depuis sa création. La première a été remportée en 2008 par le Professeur Nasser ARY TANIMOUNE pour ses travaux sur les « Performances bancaires dans l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine ».
La deuxième édition a primé en 2010 les Professeurs Felwine SARR et Cheikh Tidiane N’DIAYE, pour leur article intitulé « (A)symétrie et convergence des politiques et chocs budgétaires en zone UEMOA ».
Le Professeur SARR est aujourd’hui Maître de Conférences Agrégé, Doyen de la Faculté de Sciences Economiques et de Gestion de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.
La troisième édition du Prix a été remportée par le Professeur Yaya KEHO, grâce à ses travaux sur « Le rôle des facteurs institutionnels dans le développement financier et économique des pays de l’UEMOA ». Monsieur KEHO est aujourd’hui Maître de Conférences, Agrégé de Sciences Economiques.
Un Prix d’encouragement a été décerné lors de la troisième édition à Monsieur Seydou OUEDRAOGO, pour son article sur la « Concentration Bancaire, profitabilité bancaire et développement financier bancaire dans l’UEMOA ».
Parmi les Lauréats que je viens de citer, ceux qui ont pu être disponibles aujourd’hui, sont présents avec nous dans cette salle. Je les remercie sincèrement d’avoir accepté notre invitation.

Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Je ne saurais terminer mes propos, sans remercier les membres du Comité de Lecture et le Jury de cette quatrième édition du Prix Abdoulaye FADIGA pour la promotion de la recherche économique qui, comme lors des précédentes éditions, n’ont ménagé aucun effort pour réaliser un travail de grande qualité.
Excellences Messieurs les Premiers Ministres, je voudrais à ce stade introduire la troisième personnalité invitée sur ce podium. Il s’agit du Ministre d’Etat, chargé de la Prospective dans le Gouvernement de la République du Bénin. Mais si je m’arrête à cette présentation, il m’en voudra sans aucun doute, parce qu’il préfère toujours qu’on l’appelle Professeur Amoussouga. Le Professeur Fulbert AMOUSSOUGA GERO est le Président du Comité de Lecture et membre du Jury du Prix Abdoulaye FADIGA. Il est Agrégé de Sciences Economiques et Professeur titulaire des Facultés de Sciences Economiques et de Gestion. Il est aussi le Directeur du Centre d’Etudes, de Formation et de Recherche en Développement (CEFRED) de l’Université d’Abomey-Calavy et Président du Comité Technique Spécialisé (CTS) des Sciences Economiques et de Gestion du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES).
Le Professeur AMOUSSOUGA GERO est, en outre, le Président actuel du Comité Scientifique de la Revue Economique et Monétaire (REM) éditée par la BCEAO. Il est également auteur de plusieurs publications et travaux de recherche. C’est un homme d’une grande valeur qui a apporté une contribution déterminante dans la mise en œuvre de la politique de recherche de la Banque. Malgré les lourdes charges gouvernementales qu’il assume, il a tenu à conserver dans le bénévolat les responsabilités qui lui ont été confié dans le cadre du Prix Abdoulaye FADIGA et de la Revue Economique et Monétaire de la BCEAO. Je voudrais saluer avec admiration la sollicitude et la grande conscience professionnelle dont il a toujours fait montre.

Excellences Messieurs les Premiers Ministres,
Honorables Invités en vos rang et qualités,
Pour terminer, je voudrais par avance féliciter les lauréats qui seront primés. Certes, ils recevront leur récompense, mais au delà, et comme il est de règle depuis le 3ème prix, ils peuvent prétendre à tout moment de leur carrière à un séjour rémunéré allant jusqu’à deux ans à la BCEAO pour poursuivre ou terminer leurs travaux. Je leur souhaite bonne chance.

Je vous remercie de votre aimable attention.
Commentaires


Comment