Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Ouverture à Abidjan d’une conférence régionale sur l’apatride en Afrique de l’Ouest
Publié le mardi 29 septembre 2015  |  Xinhua
Mohamed
© Autre presse par DR
Mohamed Askia Toure, Nouveau Représentant Résident du HCR en Côte d’Ivoire
Mohamed Askia Toure, Nouveau Représentant Résident du HCR (Haut Commissariat DES NATIONS UNIES pour les Réfugiés) en Côte d’Ivoire a officiellement pris fonction le 22 janvier 2014
Comment




ABIDJAN -- Une conférence régionale s’est ouverte lundi à Abidjan pour engager des "réflexions critiques" sur les mesures à mettre en application pour éradiquer l’apatridie et renforcer le respect du droit à la citoyenneté en Afrique de l’Ouest.

"La rencontre marque une nouvelle avancée dans la volonté des experts à agir de commun accord pour la lutte contre l’apatridie", a déclaré le représentant résident du HCR, Mohamed Askia Touré, à l’ouverture des travaux.

Au moins 750.000 personnes sont apatrides ou à risque d’apatridie en Afrique de l’Ouest et ont par conséquent un accès limité, voire aucun accès, à l’éducation, aux soins de santé, à la terre et à l’emploi, selon le HCR.

"Ne jouissant d’aucune existence légale, les apatrides sont facilement victimes de discriminations et d’abus", a indiqué Mohamed Askia Touré.

En février, une conférence ministérielle a adopté la "déclaration d’Abidjan" qui établit des "mesures concrètes" que les États membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se sont engagés à appliquer afin d’empêcher, de réduire et à terme de mettre fin à l’apatridie dans la région.

La conférence consultative ouverte lundi pour trois jours est "une occasion unique pour les participants de réfléchir sur la manière de mettre en pratique certains points clés de la déclaration d’Abidjan", a en croire le représentant résident du HCR.

Il s’agira, notamment, de "promouvoir la réforme des cadres juridiques régionaux et nationaux sur la citoyenneté en Afrique de l’Ouest pour les rendre plus conformes aux droits de l’homme".

Les participants vont également explorer les voies et moyens de rendre les documents d’identité plus accessibles aux personnes dans le besoin.

La conférence réunit environ 80 participants provenant principalement de l’Afrique de l’Ouest, notamment des experts, des responsables gouvernementaux, des décideurs, des universitaires et chercheurs, des représentants de la société civile, des représentants des agences des Nations unies et des médias.
Commentaires


Comment