Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Affaire 100 millions aux candidats / Marcel Gossio (Dnc d’Affi) : «C’est la loi de notre pays qui l’autorise»
Publié le lundi 5 octobre 2015  |  Notre Voie
Réconciliation
© Abidjan.net par Aapointe
Réconciliation : Marcel Gossio s`est entretenu avec le ministre d`Etat Hamed Bakayoko
Lundi 20 Janvier 2013. Abidjan. Plateau. Le ministre d`Etat, ministre de l`intérieur Hamed Bakayoko a reçu à son cabinet, Marcel Gossio, proche de l`ex Président Laurent Gbagbo rentré d`exil. Photo : Marcel Gossio.
Comment




Marcel Gossio, directeur national de campagne (Dnc) du candidat du Fpi, Pascal Affi N’Guessan, a réagi à la polémique relative aux 100 millions de Fcfa que le gouvernement a décidé, la semaine dernière, de verser à chacun des dix candidats à la présidentielle du 25 octobre. «Je pense que ceux qui parlent de don du président de la République manifestent de la mauvaise foi», a-t-il déclaré par téléphone depuis Bonoua où il accompagnait son candidat en précampagne. Selon lui, «c’est malsain de dire cela parce que ce n’est pas un cadeau du président de la République». Et M. Gossio d’ajouter : «Le président lui-même ne peut pas dire que c’est un cadeau qu’il a fait aux candidats. Cela est fait conformément aux lois de notre pays. C’est la loi de septembre 2004 et la décision présidentielle du 15 juillet 2015 qui autorisent cela. Donc ceux qui parlent de cadeau le font à dessein pour créer la confusion dans l’esprit des Ivoiriens».

L’annonce, par le gouvernement de la décision de verser 100 millions de Fcfa à chaque candidat a été très vite interprétée, à dessein, par certaines personnes tantôt comme un acte de magnanimité du chef de l’Etat, tantôt comme une tentative de corruption de ses adversaires.

Les candidats et leurs staffs perçoivent cela plutôt comme un droit que le gouvernement reconnaît enfin, même si cela arrive dans un contexte particulier. «Cela fait du bruit parce qu’on est à la veille d’une élection présidentielle, sinon ce n’est pas de l’argent qu’on donne à des gens qui tendent la main ou qui vont à la soupe populaire, pas du tout», rectifie Marcel Gossio. Qui estime qu’en réalité, en prenant cette décision maintenant, le gouvernement contribue à coup sûr à créer la polémique pour en tirer profit, puisqu’il aurait pu aussi bien le faire depuis longtemps.

Il faut rappeler qu’au titre du financement des partis politiques sur fonds publics, c’est plus de 850 millions de Fcfa que le président Laurent Gbagbo a versé au Rdr et au Pdci pendant plusieurs années. Et, à ce titre, le Fpi réclame, depuis quatre ans, sans succès, les arriérés qui lui sont dus par le régime Ouattara et qui sont estimés à près de 3 milliards de Fcfa.


Augustin KOUYO
Commentaires


Comment