Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Crise à la chefferie de Biabou-Washington: Des chefs coutumiers en colère contre le comité de gestion
Publié le jeudi 8 octobre 2015  |  Notre Voie
Comment




La bataille pour le contrôle de Biabou-Washington, un quartier populaire situé à la sortie d’Abobo, route d’Alépé, bat son plein. Après la sortie le samedi 26 septembre dernier de Sibi Jean-Martin, se réclamant toujours chef central de ce quartier, et de celle du directeur de cabinet du maire d’Abobo, Bamba Amara, dégageant sa responsabilité dans cette crise, c’est au tour des chefs des communautés de se faire entendre. «Actuellement, ça ne va pas dans le quartier. Le comité de gestion et de développement que le directeur de cabinet du maire d’Abobo, M. Bamba Amara, a installé dans le quartier crée du cafouillage. Le chef Sibi que les 18 chefs de communautés ont élu est boycotté par les jeunes. Ils veulent jouer le rôle de la chefferie qui pourtant est au dessus de ce comité. C’est pourquoi il y a palabre. Même M. Bamba Amara que nous avons appelé à trois reprises pour régler ces palabres a un parti-pris», a dénoncé Koné Gouabéré, chef de la communauté Mahou.
Pour le chef de la communauté malienne, Diarra Kalifa, le chef Sibi est victime d’une conspiration orchestrée par l’un des perdants, Ousmane Moussa, actuel président du comité de gestion. «Le chef Sibi ne pouvait pas faire son travail parce que ces gens-là n’aimaient pas son ethnie (Ndlr : Wê). C’est un coup qu’ils ont préparé pour l’enlever de force en disant que son mandat est fini en 2011. C’est archi-faux! Aucune date de limitation de mandat n’a été donnée et je mets quiconque au défi de me montrer dans quel document nous les chefs avons écrit cela. Et c’est pourquoi les populations ont voulu frapper le directeur de cabinet du maire d’Abobo et non le chef Sibi. Je m’oppose au coup d’Etat», a-t-il précisé. Et le représentant de la communauté Baoulé, Kouassi Kouamé d’enfoncer le clou : «Des gens de la communauté Baoulé ne veulent pas travailler avec le chef Sibi. Et ils ont créé un comité éclaté de Walebo, d’Ahitou, de Yamoussoukro etc. Kouadio Kouamé et Ousmane Moussa, ce sont eux qui ont tout gâté à Biabou».
Réagissant à ces accusations lundi dernier à son domicile, Ousmane Moussa, président du comité de gestion et de développement de Biabou-Washington, soutient que nulle part dans l’arrêté de reconnaissance de l’Union des chefs de communautés et notables du village planétaire Washington Abidjan signé le 2 août 2013 par le ministre de l’Intérieur, il n’est écrit que Sibi Jean-Martin est le chef central de Biabou. «Il est seulement le président d’une association de village planétaire qui n’existe pas à Biabou. Donc, il n’est ni chef de communauté, ni président d’un quartier (…) Le comité de gestion que je dirige travaillera en étroite collaboration et sous les ordres du chef du collectif des chefs qui sera élu le 18 octobre prochain», a-t-il indiqué.



Didier Kéi
Commentaires


Comment