Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Présidentielle ivoirienne: "Je ne participerai pas à ces élections truquées", annonce un candidat
Publié le dimanche 11 octobre 2015  |  alerte-info.net
Politique
© Autre presse par DR
Politique nationale: Mamadou Koulibaly président du Lider (liberté et démocratie pour la République)
Comment




L’ex-président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Mamadou Koulibaly, candidat à la présidentielle du 25 octobre, a annoncé vendredi son retrait, estimant que cette élection est "délibérément sabotée" par la Commission électorale et indépendante (CEI, chargée de l’organiser) et le gouvernement, sur Twitter.


"Je ne participerai pas à ces élections truquées", a écrit M. Koulibaly pour qui "l’élection ivoirienne est délibérément sabotée par ceux-là même qui ont le devoir de l’organiser démocratiquement", à savoir "la CEI et le gouvernement".

Selon lui, "boycotter une élection au prétexte qu’on ne peut pas la gagner est incompatible avec l’esprit de la politique" certes, "sauf si le jeu est truqué d’avance".

Le parti dont il est le président, Liberté et démocratie pour la République (LIDER) a justifié ce retrait en évoquant les "conditions frauduleuses, non inclusives et opaques" de cette élection, "définies par Alassane Ouattara", le chef de l’Etat qui brigue un second mandat, à travers un communiqué.

Lider a également appelé d’autres candidats à faire de même et "mettre en œuvre tous les moyens légaux adaptés pour que ce scrutin ne se déroule pas selon les oukases d’un candidat, fut-il le président de la République sortant".

Mamadou Koulibaly est membre de la Coalition nationale pour le changement (CNC), une plateforme de l’opposition réunissant trois des dix candidats en lice, qui ont plusieurs fois remis en cause l’impartialité de la CEI, dénoncé l’utilisation de la télévision nationale comme "outil de propagande" des activités de M. Ouattara et invité ce dernier au dialogue autour de leurs revendications.

L’ex-ministre des Affaires étrangères, Essy Amara a annoncé mardi qu’il suspendait sa candidature pour ne pas se "rendre complice d’une mascarade électorale".

L’élection présidentielle est prévue pour se tenir le 25 octobre et la campagne électorale est officiellement ouverte depuis vendredi.


MYA
Commentaires


Comment