Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Clôture de la campagne du RHDP aux USA: l’ambassadeur Daouda Diabaté fait des révélations sur le candidat Alassane OUATTARA
Publié le samedi 24 octobre 2015  |  Partis Politiques
Daouda
© Autre presse par Dr
Daouda Diabaté, l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Washington
Comment




Monsieur l’Ambassadeur, Représentant Permanent de la Côte d’Ivoire auprès l’ONU,
Monsieur le Consul Général de Côte d’Ivoire à New York,
Monsieur le Délégué Général du Service de Promotion Economique de Côte d’Ivoire aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique, Directeur de campagne aux Etats-Unis du candidat unique du RHDP à l’élection présidentielle d’octobre 2015,
Monsieur l’Attaché de Défense auprès de la Mission Permanente de Côte d’Ivoire à l’ONU,
Mesdames et Messieurs les Responsables politiques de la mouvance RHDP et sympathisants,
Mesdames et Messieurs les Responsables des Associations et ONG ivoiriennes,
Mesdames et Messieurs les Dignitaires religieux,
Chers militants et militantes RHDP,
Chers compatriotes,
Chers amis de la Côte d’Ivoire,
Chers Amis de la presse et des médias,
Mesdames et Messieurs,
Je voudrais, de prime abord, au nom de la délégation qui m’accompagne, qui comprend notamment le Payeur, M. Koffi Adrien, et naturellement d’autres membres que je ne vais pas nécessairement nommer, et en mon nom personnel, vous dire merci.
Merci d’être venus si nombreux à l’appel du Directeur de campagne, M. Inza Camara et de son équipe que je tiens, au nom de ma délégation et en mon nom personnel, à remercier pour la parfaite organisation de cette rencontre, et par la même occasion, à féliciter, parce que, à cette heure tardive, voir une salle si bondée, c’est la traduction du travail de fourmi qui a été accompli par cette dynamique équipe.

Après mon intervention ici à New York, le 19 septembre dernier, à l’occasion de l’installation du Directeur de campagne, et au regard du message que j’avais livré ce jour-là, et après également, la rencontre de lancement de la campagne, à Washington, DC le 10 octobre 2015, je venais aujourd’hui juste pour m’associer au travail que le Directeur de campagne et les différents membres du RHDP sont en train d’accomplir pour la promotion de la candidature de notre leader. Je ne venais donc pas pour prendre à nouveau la parole parce que, de mon point de vue, j’avais déjà dit ce que j’avais à dire. Tous les autres intervenants ont dit, sous différentes formes, ce qu’il convient de dire lorsqu’il s’agit de parler du Président Alassane Ouattara.
J’avais comme mon collègue et ami Ambassadeur Bouah Kamon dit que nous sommes des diplomates et qui, habituellement, nous n’intervenons pas dans ce genre de débats. Mais il nous arrive aussi de dire notre part de vérité lorsque les circonstances l’exigent. C’est pour cette raison que malgré notre déontologie, nous nous sommes invités au débat pour venir dire ce que nous savons. Et ce que nous avons à dire, de mon point de vue, c’est la vérité. On aurait pu, peut-être en douter, si d’autres personnes en dehors de nous, n’étaient pas venues nous dire que ce que représente notre Président" !

Le Président Ouattara dont nous faisons la promotion de la candidature aujourd’hui, est un leader. Certains de mes collègues Ambassadeurs me disent que c’est une chance pour nous d’avoir un Monsieur de la trempe du Président Ouattara, et que grâce à sa vision et à son expertise, votre pays avoisine un taux de croissance à deux chiffres alors que eux, ils peinent à avoir 1,5% de croissance ».

Je crois vous l’avoir déjà dit aussi, le 10 juillet, précisément les 9 et 10 juillet, en prélude au forum de l’AGOA qui devait se tenir à Libreville, les Ambassadeurs africains ont organisé le pré-forum à Washington. A la fin des travaux un de mes collègues qui était informé que je me rendais à Abidjan m’a dit ceci: « Monsieur l’Ambassadeur, si vous avez l’occasion de rencontrer le Président Ouattara dites-lui qu’il a beaucoup fait pour mon pays ». C’est dans ce pays que j’ai commencé mes fonctions d’Ambassadeur. Nous nous servions à l’époque de seaux d’eau pour faire nos toilettes. Aujourd’hui, ce pays a un taux de croissance à deux chiffres. L’Ambassadeur est donc venu me dire qu’aux temps forts des négociations du programme de redressement économique de l’Ethiopie, en sa qualité de Directeur Général Adjoint du FMI, alors que les négociations étaient bloquées, c’est le Président Ouattara qui a trouvé la formule "magique" qui a permis de sortir de l’impasse. Et jusqu’aujourd’hui, c’est sur la base de la formule trouvée par le Président Ouattara que fonctionne ce grand pays africain.

Et tenez-vous bien, pendant que j’échangeais avec ce collègue, un autre Ambassadeur est venu me dire que le Président Ouattara a fait plus pour son pays qu’il ne l’a fait pour l’Ethiopie. Alors, lorsque vous êtes témoins de situations pareilles, vous ne pouvez pas les occulter. Nous avons le privilège d’assister à ce genre de rencontres, nous avons le devoir de partager en tant que témoins oculaires. Et des exemples de ce genre, il y en a à profusion. Pour ne pas citer cet autre exemple où j’ai eu la chair de poule, tant ma fibre patriotique et ma fierté étaient exaltées quand on me parlait de mon Président en des termes élogieux. En pareilles circonstances, son représentant que je suis, ne peut qu’en retirer fierté et dignité, surtout quand l’on sait que ces mots étaient devenus à un certain moment des denrées rares. C’est pour cette raison que nous nous sommes dit, malgré notre déontologie qui nous interdit de parler de la politique, que ce n’est pas faire de la politique, puisqu’il s’agit plutôt de dire ce que nous avons vu, de partager ce que nous avons vécu avec nos frères et sœurs, qui ont le droit de savoir eux aussi qui est véritablement le Président Alassane Ouattara.

C’est ce qui nous amène à dire que, après avoir été un havre de paix, de prospérité et de développement, notre beau pays, la Côte d’Ivoire qui, malheureusement, dix années durant, a connu cette longue période de crise, une crise qui, de notre point de vue ne pouvait arriver qu’aux autres, mais que malheureusement, nous l’avons expérimenté est un pays béni . Heureusement, comme nous le savons, la Côte d’Ivoire est un pays béni parce qu’ailleurs, pour moins que ça, le pays sombre.

Il y a des pays qui ont connu la crise et qui en sont sortis avant nous, mais qui, jusqu’aujourd’hui continuent d’être à la traine. S’agissant de la Cote d’Ivoire, quatre ans après, là où certains mettent quinze voire vingt ans, le pays présente l’image d’un pays qui n’a jamais connu de crise. Nous nous disons que si le Président Ouattara a réussi ce pari en quatre ans, et qu’il nous dit que son ambition c’est de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020, nous devrons en être fiers, convaincus au regard de ce qu’il a fait en quatre ans.

Quand on parle d’émergence à l’horizon 2020, sachant que nous sommes en 2015, c’est donc dans cinq ans. En d’autres termes, c’est le mandat de 5 ans qu’il demande. Donnons-lui donc ce second mandat, et observons tout en étant persuadés qu’il peut réussir.
Tout ce que nous disons n’est pas pour nous qui estimons que nous avons eu beaucoup de chance de servir notre pays à des hauts postes de responsabilité. Ce que nous cherchons, c’est surtout pour vous, nos enfants et nos petits enfants car, nous avons l’obligation de léguer à vous, nos enfants et petits enfants plus que ce que nos devanciers nous ont laissé.
Or Dieu seul sait l’importance de l’héritage que le président Félix Houphouët-Boigny a laissé à la Côte d’Ivoire, héritage que le président Henri Konan Bédié, et son frère cadet le candidat Ouattara se sont engagés à préserver et à bonifier. On ne peut pas avoir deux hommes d’Etat de cette stature et ne pas se convaincre que la Côte d’Ivoire est un pays béni.

Vous convenez avec moi que Etre homme d’Etat, c’est différent d’être chef d’Etat. A la différence d’un chef d’Etat ordinaire, un homme d’Etat a de la vision, il fait abstraction de sa personne. Il pense aux générations présentes et aux générations futures. C’est ce que le président Henri Konan Bedié a fait lorsqu’il a lancé l’Appel de Daoukro. Parce qu’il sait que c’est ce qui va inscrire la Côte d’Ivoire dans la durabilité et dans la stabilité sans lesquelles le développement économique et social est impossible.

La chance de la Côte d’Ivoire c’est d’avoir cet attelage qui, sans aucun doute, avec le RHDP, vont mener ce beau pays que le président Félix Houphouët-Boigny nous a légué à l’émergence, pour donner à la Côte d’Ivoire, à nouveau, le miracle dont il avait été crédité dans les années 1970. Ce miracle permettra à la Côte d’Ivoire de connaître le développement, de même que le progrès pour tous et le bonheur pour chacun. Je puis vous dire que c’est à notre portée.

C’est pour cette raison que, du haut de cette tribune, chers compatriotes, chers militants du RHDP, chers frères et sœurs, je vous demande, d’abord, comme viennent de le dire l’Ambassadeur, le Directeur de campagne et Consul général, de commencer par retirer vos cartes d’électeurs et d’aller voter massivement le 25 octobre le candidat unique du RHDP, le candidat Alassane Ouattara qui est aujourd’hui, le candidat le plus outillé au regard de son expertise, de son expérience, de son savoir-faire, de sa connexion pour rebâtir notre pays et le hisser au stade de l’émergence à l’horizon 2020.

Je voudrais donc, pour terminer, vous remercier pour votre présence si nombreuse. Mais cette présence n’aura une signification attendue que si, de façon massive, vous sortez pour aller porter votre choix sur le candidat unique du RHDP, le candidat Alassane Ouattara.
Je vous remercie. Que Dieu bénisse notre beau pays, la Côte d’Ivoire.

(Source RHDP-USA)
Commentaires


Comment