Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Sans salaire depuis leur sortie de l’école : Les nouveaux policiers crient leur désarroi
Publié le samedi 31 octobre 2015  |  Notre Voie
Comment




Cette une situation qui pourrit l’atmosphère en ce moment au sein de la police nationale. Selon des agents de police rencontrés hier matin, depuis la sortie de la promotion Dominique Ouattara(les sous-officiers) le 7 septembre dernier de l’école nationale de police à Cocody, ces jeunes sous-officiers ne perçoivent pas régulièrement leur pécule de stagiaire auquel ils avaient droit pendant leur formation. Pis, à les en croire, ils n’ont pas encore de numéro matricule permettant de les identifier comme étant des fonctionnaires de l’Etat de Côte d’Ivoire. « Après le baptême et la remise de nos épaulettes le 7 septembre dernier avec faste devant la hiérarchie et nos parents, amis et connaissances, les 973 sous-officiers ont été affectés dans les différentes unités de la police et nous avons pris service. Malheureusement la manne financière n’a pas suivie sur le terrain. Au lieu de 132000 F.cfa comme bourse que nous devons recevoir chaque mois jusqu’à ce que nous ayons un salaire, c’est 180.000 F.cfa que chaque agent a reçu, une seule fois, et puis plus rien. Pour le salaire qui devait être automatique, aucune lueur d’espoir ne pointe à l’horizon. Face à ces difficultés pour joindre les deux bouts, avoir une maison baillée pour loger nos familles est un luxe», a confié un sous-officier sous le couvert de l’anonymat. Un autre de ses collègues affirme que la revendication de ces droits les conduirait tous à la radiation des effectifs de la police nationale. « Nous souffrons chaque jour pour nous rendre au travail, pour manger, car nous n’avons pas d’argent pour subvenir à nos besoins vitaux. Or, depuis l’école tout devait être mis en place, les salaires, les baux. On devait être branchés automatiquement. Mais rien de tout cela jusqu’à ce jour. Alors que j’ai deux frères sortis à la même période de l’école de gendarmerie, affectés à l’intérieur du pays qui perçoivent chaque fin de mois leur salaire à la banque », a révélé notre interlocuteur qui a ajouté que des officiers de la même promotion de l’école de police vivent cette situation.

D.K.
Commentaires

Dans le dossier

Armée ivoirienne 2015
Titrologie



Notre Voie N° 5147 du 31/10/2015

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie
Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment

Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment