Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Interview Djédjé Bagnon Joachim Drc de campagne : « Par cette élection, Gagnoa a donné un signal fort au monde
Publié le dimanche 1 novembre 2015  |  Le Nouveau Réveil
Elections
© Partis Politiques par DR
Elections municipales et régionales: Le PDCI-RDA en campagne dans le GOH
Dimanche 7 avril 2013. Région du Goh. les populations d’Oumé, de Diégonéfla et de Gagnoa sont sorties massivement pour participer aux 3 meetings de lancement de la campagne des candidats parrainés par le PDCI-RDA. Photo : Djédjé Bagnon
Comment




La région du Gôh, region d'ou est originaire l'ex chef de l'Etat Laurent Gbagbo, a donné un signal fort lors de ce scrutin, en votant massivement le candidat du Rhdp, le président Alassane Ouattara avec un score de 87,62%, le Directeur régional de campagne, Joachim Djédjé Bagnon et son équipe de campagne, chevilles ouvrières de cette victoire, par ailleurs président du conseil régional du Gôh, revient sur les chantiers de cette victoire.

Djédjé Bagnon Joachim, directeur régional de campagne pour la région du Gôh, après la brillante élection du président Alassane Ouattara quels sont vos premiers mots ?
Je voudrais une fois de plus féliciter notre candidat pour sa brillante élection à la tête de la Côte d’Ivoire pour un second mandat. Féliciter le président Henri Konan Bédié, ce grand visionnaire, ce grand artisan de paix. Et féliciter l’ensemble de la direction national de campagne notamment le premier ministre Ahoussou Jeannot et le ministre d’Etat Amadou Gon qui nous ont fait confiance. A notre niveau féliciter et dire merci à la direction régionale de campagne du candidat Alassane Ouattara, candidat du Rhdp, pour la région du Gôh, pour l’excellent travail abattu. A travers les résultats obtenus par la région du Gôh 87,62. C’est un message que nous avons voulu donner au monde entier, pour dire que Gagnoa et l’ensemble de la région était résolument tournée vers la paix, la cohésion sociale et la réconciliation, gage d’un développement harmonieux. Et en plus il faut voir le bilan du président en 4 ans plaidait en sa faveur. Donc c’est une victoire mérité, mérité dans tous les sens, au plan économique, social, sécuritaire. La réconciliation étant un travail de longue haleine, il l’a commencée et va poursuivre les efforts. Depuis 1960, à part la période de la candidature unique du président Houphouët à l’époque, jamais une élection en Côte d’Ivoire ne s’est déroulée dans pareil climat, sans heurts, dans le calme et la paix. Nous disons merci à la direction régionale de campagne que nous avons eu l’honneur de conduire, merci aux directeurs départementaux et locaux de campagne, merci aux responsables des partis membres du Rhdp, merci aux cadres, aux élus, aux associations et mouvement de soutien du Rhdp.

Au regard du score obtenu par le président Alassane Ouattara dans le département, quel est votre commentaire ?
Je voudrais juste dire que notre candidat au regard de l’élection présidentielle de 2010 à pratiquement triplé son score dans le département de Gagnoa ou il avait à peine eu 19.000 voix. Cette année 2015, il a obtenu 41.000 voix. Et bien plus, dans tous les villages bété, il a été brillamment élu. Il a été en tête partout dans tous les villages bété. Et il n’y a pas eu d’empêchement de vote. Dans le calme et la sérénité les gens sont allés accomplir leur devoir civique. Et c’est le résultat d’un long travail que nous avons débuté il y 2 ans lorsque nous avons pris les rênes du conseil régional. Nous avons beaucoup joué sur la paix et la réconciliation, appelé nos parents, les chefs de villages, les chefs de terre, qui nous ont fait confiance, à emboiter le pas sur le chemin de la réconciliation et la paix, sans lequel aucun développement ne peut aboutir. Et ils ont sillonné l’ensemble des villages du département et de la région. Voyez-vous, lors de notre investiture en tant que président du conseil régional, le 25 janvier l’ensemble des chefs de villages, des chefs de terres de tout le département de Gagnoa, des sous-préfectures, nous ont adressé un message très fort, qui m’ont pratiquement fait couler les larmes. Ils m’ont dit tous nos grand devanciers ne sont plus là, tu es désormais celui en qui nous plaçons tous nos espoirs pour faire sortir notre région de sa léthargie, tu es l’Iroko de la forêt, nous faisons de toi notre chef, notre coq, celui qui chante quand il fait jour, chante et tous nous allons te suivre. Pour ceux qui connaissent mon histoire et ce que j’ai subi à Gagnoa pour ma conviction politique, moi qui ai été pourchassé, moi dont tous les biens ont été brulé, maisons, écoles, c’est à moi que l’ensemble des chefs disent cela, j’ai eu les larmes aux yeux. Et aujourd’hui au vu des actions que nous menons, tout Gagnoa me le rend bien. Et cette victoire est celle de tous les chefs de villages, les chefs de terre, les chefs de communauté, les fils et filles de l’ensemble de la région. Quand vos parents vous convient une responsabilité, c’est qu’ils ont foi en vous et savent que vous ne pouvez les conduire dans le mur. On ne peut rester toujours là à se battre, à être rebelle à tout, alors que les autres régions connaissent le développement. Il était donc important que nous appelions nos parents à s’inscrire résolument sur le chemin du développement et ce développement aujourd’hui c’est Alassane Ouattara. Et cette élection et le score du candidat Ouattara ici est la preuve que le message est bel et bien passé. Mais ce travail a été aussi préparer par le président Alassane Ouattara lui-même en portant son choix sur les hommes qui maîtrisent bien le terrain et qui sont rassembleurs et écouté. Je voudrais aussi dire que le travail abattu par l’équipe que nous avons dirigé lors de la visite présidentielle qui a conduit à la forte mobilisation des populations, était un signal fort. Nous l’avions dit c’était un signe de la victoire proclamé de notre candidat, le président Alassane Ouattara.

Quel a été le message que vous avez portez aux populations pour avoir un tel résultat ?
Je ne suis pas le seul, je ne suis que l’ordonnateur. Nous avons touché du doigt le retard que la région connait et que nous avons intérêt à voter, Alassane afin que cette région là si nous l’aimons tant, vote le président Alassane. Et le travail qui est battu sur le terrain, les routes, les ponts, les écoles, les logements de sages-femmes, les centres de santé, que nous faisons en tant que président du conseil régional, c’est le président Alassane. Nous allons avec l’équipe de direction régionale de campagne, aller dire grand merci à la population qui nous a fait honneur.

Vous avez réussi un grand défi au vu des résultats, que peut demander la région en retour au président ?
Le président l’a dit, Gagnoa ne sera pas oublié et au vu de ce qu’il a déjà fait je pense que le meilleur est à venir. Et pour ceux qui connaissent bien le président, quand il dit, il fait. Et donc pour nous il tiendra promesse comme il l’a toujours fait et donc nous sommes sereins et confiants pour la suite pour le développement de notre région.

Le président a indiqué que la réconciliation est un long processus, pouvez-vous nous dire quel sera la contribution de Gagnoa dans ce processus ?
Sortir de cette crise qui a durement frappé le pays et en 4 ans on réussit déjà ce que nous vivons, il y a de l’espoir. Mais prenez l’exemple sur moi après ce que je vous disais tantôt, est-ce que je ne me suis pas réconcilié avec mes parents ? J’ai accepté de pardonner et moi aussi je leur ai demandé pardon. Mais je voudrais dire que Gagnoa a fait un pas dans ce processus à travers cette élection, et Gagnoa est prêt à faire plus, les populations attendent que le président les poussent juste un peu et je suis convaincu qu’il va le faire.

Interview réalisée par Jean Prisca
Commentaires


Comment