Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Bureau Politique/ Henri Konan Bédié : "il nous faut bâtir un PDCI composé de tous ceux qui se réclament de l’houphouëtisme"
Publié le mercredi 18 novembre 2015  |  Abidjan.net
Bureau
© Abidjan.net par DA
Bureau politique du PDCI-RDA: Bédié félicite les militants après la victoire du candidat du RHDP
Mardi 17 novembre 2015. Abidjan. Le président du PDCI-RDA , Henri Konan Bédié a présidé le premier bureau politique après les élections présidentielles de 2015. Les membres du Bureau politique et le comité des sages ont pris part à cette rencontre.
Comment




Henri Konan Bédié, le président du PDCI-RDA a présidé la réunion du bureau politique de ce mardi 17 Novembre 2015 au siège du parti à Abidjan. Cette rencontre se tient au lendemain de l’élection présidentielle remportée par le candidat du RHDP soutenu par le plus vieux parti ivoirien. L’ordre du jour de cette réunion s’articulait autour du bilan et des perspectives de l’appel de Daoukro.
Nous vous proposons l’intégralité du discours du président du parti

Monsieur le Chef du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA,

Mesdames et Messieurs les Secrétaires Exécutifs du PDCI,

Honorables Membres du Bureau Politique,

Vénérables Membres du Comité des Sages,

Mesdames et Messieurs,

Les sages de nos villages disent que lorsque les parents travaillent ensemble dans le champ commun, ils se redressent de temps en temps, pour s’encourager mutuellement.Pendant plus d’un an, depuis pratiquement l’appel de Daoukro, les militants de notre parti, se sont engagés dans un combat d’explication qui n’était pas gagné d’avance. Mais grâce à la persévérance, des uns et des autres, nous avons pu atteindre l’objectif global qui était recherché : le candidat Alassane Ouattara, candidat unique du RHDP, à la magistrature suprême, a été élu, comme nous le souhaitions avec un score que certains ont qualifié de soviétique, quand d’autres ont simplement indiqué que c’était un plébiscite. Ce résultat nous comble de satisfaction, et commande de nous congratuler mutuellement.

A cet effet, je félicite notre candidat, le Président Alassane Ouattara, candidat du RHDP à l’élection présidentielle de 2015.Je le félicite pour cette victoire, une victoire comme nous l’avions souhaité : totale, sans ambages, écrasante et sans bavure. Je félicite tous les militants du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix, dans toutes ses composantes. Merci à tous et tous les électeurs.

Notre rencontre de ce jour va consister à adresser nos vives félicitations au PDCI-RDA et ensuite à tirer quelques leçons de cette belle élection.

Et d’abord, les félicitations. Je les dois à tous .Aux militants d’une manière générale, membres des comités dans nos bases. C’est eux qui votent.

Ils constituent l’élément essentiel sur lequel nous fondons notre action politique. La formation entreprise par le secrétariat exécutif chargé des sections et des délégations devra se poursuivre, car ils doivent, eux surtout, comprendre le pourquoi de nos actions.

Je veux remercier et féliciter ensuite les secrétaires généraux de section. Ils constituent l’épine dorsale de notre action. Qu’ils soient remerciés et félicités pour l’encadrement qu’ils ont assuré auprès des militants dans les comités dont ils ont la charge.

Je veux remercier et féliciter les responsables politiques du parti, les délégués départementaux et communaux, les élus, les membres du Secrétariat Exécutif qui se sont tous engagés à des degrés divers pour nous permettre d’atteindre les résultats auxquels nous sommes parvenus. Certains ont participé financièrement aux actions menées sur le terrain, quand d’autres ont fait des contributions au budget qui a permis de financer la campagne du Président-élu.

Enfin, je veux rendre hommage aux instances de notre parti pour avoir compris et mis en œuvre toute la mécanique décisionnelle appropriée pour nous permettre d’obtenir ce résultat.

La victoire éclatante valablement en tant que parti, que nous pouvons revendiquer, doit nous permettre de tirer quelques leçons pour notre gouverne.

La toute première leçon à tirer est la nécessité de l’unité en notre sein. Le PDCI-RDA a montré à la face du monde que si nous restons unis, nous pouvons arriver à nos fins. Ensemble, nous constituons une force dont nous ne mesurons pas assez l’impact.

La deuxième leçon est que nous sommes véritablement un parti qui pratique la démocratie en notre sein. Cela, du reste est inscrit dans nos statuts. Ainsi, le choix de nos représentants aux consultations électorales au niveau national ou au niveau local, se fait par consensus ou à travers des primaires. Bien entendu, qu’il s’agisse de consensus ou de primaires, il y a toujours un gagnant et un perdant et tout militant du parti a appris à accepter cette donne.

Pour l’élection présidentielle de cette année, c’est le Cinquième Congrès Extraordinaire qui, en sa séance du 28 février 2015a approuvé la résolution recommandant,

de désigner le Président Alassane Ouattara, comme candidat du PDCI-RDA, au détriment de tout autre candidat issu du Parti. Trois militants importants de notre parti n’ont pas approuvé cette désignation et se sont porté candidats indépendants. Il y a quelques jours, un quotidien de la place s’est posé la question de savoir ce qu’il advenait de ces trois-là et s’ils seraient autorisés à assister aux rencontres actuelles du PDCI-RDA. Naturellement, ils ont été indisciplinés, mais ils ne sont pas exclus du Parti. Ils participent donc aux réunions, notamment celle du Bureau Politique, pour autant qu’ils soientt et restent militants du PDCI-RDA. Nous voulons, à cet effet, nous réjouir du retour de certains qui nous avaient quittés et qui sont revenus prendre leur place dans la maison commune.

La troisième leçon à tirer de cette élection est le nombre encore élevé de bulletins nuls ou de bulletins blancs. Pour savoir si cela est le fait de nos militants, seule une analyse poussée pourra nous l’indiquer.

Il nous faut accentuer la formation de nos militants en la matière.

Les secrétariats exécutifs chargés des élections, des délégations départementales et communales, de la formation devront s’activer pour apporter cette formation nécessaire avant les échéances locales pour éviter les déperditions de voix.

L’appel de Daoukro comporte trois étapes. Deux étapes ont été franchies. Il reste la troisième étape, celle du parti unifié. Les deux premières étapes ont été réussies .La troisième doit l’être aussi, car ainsi que je l’ai déjà indiqué, le PDCI-RDA reste l’œuvre à laquelle le Président Houphouët-Boigny tenait le plus, celle qui lui était la plus chère.

Le 20 septembre 2015, toujours à Daoukro et à l’occasion de la célébration du premier anniversaire de l’appel de Daoukro, j’ai souhaité que l’appel de Daoukro débouche sur un parti unifié, qui verra le retour de tous au PDCI-RDA. De la même manière que nous avons pris le temps pour expliquer les tenants et les aboutissants de l’appel du 17 septembre2014, je souhaite que de cette même manière, nous nous organisions, en tant que parti et ensuite avec les autres partis du RHDP, pour étudier les divers sujets liés à une présence remarquée et affirmée du PDCI dans la conception et la mise en œuvre du futur Parti. Nos militants doivent être rassurés qu’il ne s’agit pas de fondre le PDCI-RDA ou de faire disparaître le PDCI-RDA dans des formations issues de ce parti.Au contraire, enrichi par l’expérience des uns et des autres, il nous faut bâtir un PDCI-RDA fort,réunifié composé de tous ceux qui se réclament de l’houphouëtisme. Nous pourrons de la sorte devenir une force irrésistible et invincible, capable de faire face à tous les défis.

Avant de passer aux débats qui font désormais partie de nos habitudes, je voudrais rappeler que le 16 juillet 2015, s’est tenu, sur mes instructions un Bureau Politique sur la situation financière de notre Parti. Le Secrétaire Exécutif chargé des Finances et du Patrimoine y a fait une présentation. Je l’en félicite vivement et j’apprécie surtout la visibilité qu’il instaure désormais dans nos finances et lui adresse mes encouragements. Je lui ai demandé de travailler sur un projet de création d’une société civile immobilière chargée de la gestion du patrimoine immobilier du PDCI-RDA.

Une communication sera faite au Bureau Politique le moment venu.

Je m’arrête donc là et renouvelle à tous et à toutes, mes remerciements appuyés et mes félicitations les plus vives.

Vive le PDCI RDA,

Merci au RHDP,

Vive le PDCI réunifié….

Henri Konan Bédié

NB: La titraille est de la rédaction
Commentaires


Comment