Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Les perturbateurs de l’école mis en garde à Yamoussoukro
Publié le jeudi 4 fevrier 2016  |  AIP
Comment




Le directeur régional de l’Education nationale de Yamoussoukro, Abdoulaye Diako, a mis en garde mercredi les groupuscules d'élèves qui perturbent les classes et qui empêchent leurs camarades d’aller à l’école, prévenant que tout élève qui se fera prendre sera conduit en conseil de discipline et renvoyé définitivement.



Recevant, mercredi, au Lycée Mamie Adjoua de Yamoussoukro, les délégués des classes et des écoles, les présidents des conseils de classe, les parents d’élèves et responsables de l’Education, le directeur régional de Yamoussoukro a rappelé que l’enseignement secondaire n’autorise pas de mouvements syndicaux au sein de l’école. "On a trop souffert de cela .Celui qui veut faire de la politique peut le faire, mais en dehors de l’école", a fait savoir Abdoulaye Diako.



Depuis quelque temps, des mouvements de grèves suivis de casses menés pour la plupart par des élèves renvoyés sont constatés dans la direction régionale de l'Education nationale du Bélier notamment dans les villes de Tiébissou, de Toumodi et de Yamoussoukro. "On ne peut pas impunément faire ce qu’on veut, défier l’autorité! Nous n’allons pas laisser l’école perturbée par des groupuscules qui gênent le fonctionnement de l’école", a martelé le premier responsable de l’école à Yamoussoukro.



M. Diako a salué la majorité des élèves consciencieux, les encourageant à ne pas se laisser aller aux agissements des perturbateurs qu’ils devront dénoncer avec leurs complices pour ne pas compromettre leur avenir. "On compte sur vous qui êtes les relais de demain, faites en sorte que dans l’esprit et dans les actes, les cours se déroulent normalement", a-t-il recommandé. Il a demandé aux délégués des classes de porter le message à leurs camarades pour la bonne marche de l’école en Côte d’Ivoire.

nam/akn/cmas
Commentaires


Comment