Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Bourse : la BRVM veut franchir la barre des 400 milliards de FCFA de transaction en 2016
Publié le jeudi 4 fevrier 2016  |  AIP
La
© Abidjan.net par Atapointe
La bourse régionale des Valeurs Mobilières fait le bilan de ses activités
Jeudi 4 février 2016. Abidjan. La bourse régionale des Valeurs Mobilière (BRVM) a fait le bilan de ses activités sur l`année 2015.
Comment




Abidjan, Le directeur général de la bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), Edoh Kossi Amenounvé a annoncé, jeudi, que l’institution régionale vise la barre des 400 milliards de francs de transactions en 2016 notamment les ventes et les achats sur le marché.



S’exprimant sur le bilan des activités de la bourse en 2015, le directeur général de la BRVM a dit s’attendre à une capitalisation de 8.000 milliards de francs CFA contre 7.500 milliards en 2015 et que le nombre de sociétés cotées devrait passer de 39 à 42.



"La BRVM va évoluer encore en 2016 dans des conditions économiques favorables", s’est voulu optimiste, M. Amenounvé en s’appuyant sur les bonnes perspectives de croissance annoncées dans l’Uemoa (7,2%), au niveau de la Cedeao et de l’Afrique subsaharienne.



Au titre du bilan, la BRVM a été classée première bourse africaine en termes de performance de ses indices toutes monnaies confondues, a relevé, avec insistance, M. Amenounvé. Un résultat obtenu, selon le directeur général de la bourse, en raison d’un contexte économique et financier favorable notamment un fort de taux de croissance en Côte d’Ivoire situé entre 8% et 9% sur les trois dernières années, de même que la consolidation de la croissance dans les autres pays de l’espace Uemoa qui se situe entre 5% et 6%.



A cela s’ajoute, a-t-il expliqué, le fait que "l’Uemoa jouit d’une stabilité monétaire et affiche une certaine résilience aux chocs exogènes alors que les autres marchés africains ont subi de plein fouet les effets de la baisse des prix des matières premières et du baril de pétrole, le relèvement du dollar américain et du ralentissement de l’activité économique des pays émergents".

(AIP)

kkf/ask
Commentaires


Comment