Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Cours mondiaux : Le prix du cacao en chute libre
Publié le mardi 9 fevrier 2016  |  La Tribune Ivoirienne
Un
© Autre presse par DR
Un cacaoyer
Comment




Le prix du kilogramme de cacao fixé à 1000 Fcfa risque de baisser. Car, depuis plusieurs semaines, le prix de la tonne de fèves de cacao connaît une chute sur les cours de Londres et de New-York.


Le prix bord champ garanti du kilogramme pour la campagne commerciale 2015-2016 fixé à 1000 Fcfa risque de connaître une chute dans les jours avenir. En effet, depuis plusieurs semaines le cours de la tonne de fèves de cacao a perdu de 14 à 18% de sa valeur sur les marchés à terme de Londres et New York. Une chute que certains spécialistes qualifient de « désastreuse ». La situation selon les analystes de la banque allemande Commerzbank, le cours du cacao pourrait toutefois poursuivre son déclin dans les semaines avenir. Face au ralentissement économique dans les pays émergents conjugué aux prix élevés des fèves, une réduction de la demande mondiale de cacao est aussi à craindre. La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de fèves de cacao a-t-elle pris des dispositions pour assurer la riposte en vue de maintenir sa stabilité macroéconomique fortement dépendante de cette matière première qui représente à elle seule 15% du Produit intérieur brut (Pib) et 40% des recettes d’exportation ? Pour protéger les planteurs contre la fluctuation des cours mondiaux et de leur assurer les conditions d’une meilleure stabilité financière, un prix minimum garanti leur sera t-il accordé ? Une source jointe au Conseil café-cacao (Ccc) qui a requis l’anonymat a dit ceci : « Nous suivons tous l’actualité internationale. Nous savons ici que depuis le début de l’année, les cours ont perdu respectivement près de 7% à Londres et de 8% à New-York, et la situation ne fait que s’empirer. Ici, pendant les réunions, aucun des patrons n’évoque le problème. C’est un véritable blackout ». Et d’ajouter : « Si cela continue, nous risquons de vivre la même situation fâcheuse de la fin des années 80 ». Une situation qui fait craindre une baisse pour la production intermédiaire qui commencera en avril 2016.

Arnaud HOUSSOU
Commentaires


Comment