Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Secteur Agricole : Un atelier de formation pour sensibiliser sur les effets des pesticides
Publié le jeudi 24 mars 2016  |  L’intelligent d’Abidjan
Comment




L’atelier de sensibilisation des agriculteurs sur les polluants organiques persistants (Pops) en Côte d’Ivoire s’est tenu le mercredi 23 mars 2016 à la Direction Générale de l’environnement située à Cocody-Rivera 3. Il a été animé par le Professeur Gustave Bédi, point local de la convention de Stockholm sur les Pops en Côte d’Ivoire.
Le Pr Gustave Bédi a, lors de cet atelier, indiqué qu’il existe 3 catégories de Pops : les pesticides, les produits chimiques industriels et les dioxines et furannes (dioxyde de carbone). « Les agriculteurs sont surtout exposés aux pesticides, aux dioxines et furannes. Il y a des pesticides homologués dans les plantations. Mais parmi ceux-ci, 14 sont interdits car ils peuvent entraîner des lésions graves sur la santé », a-t-il également fait savoir. Au nombre des effets néfastes de ces pesticides sur la santé, le Pr a cité le cancer de la peau, les diarrhées et les difficultés respiratoires. C’est pourquoi, dans le cadre de la sensibilisation, il a souligné qu’il est important de faire connaître les pesticides les plus dangereux aux agriculteurs : « C’est vrai qu’ils ne sont pas habitués aux molécules. Mais, il y a une manière de procéder pour leur montrer car le pesticide a un nom commercial. Quand nous leur parlons par exemple du lindane, ils savent de quel pesticide il s’agit. Nous pouvons donc les orienter grâce aux étuis et emballages. Ensuite, ils doivent savoir que quand ils touchent ces pesticides, ils courent un danger à l’horizon ».
Toujours selon le Pr Bédi, le ministère de l’Environnement et du Développement durable apporte sa contribution en proposant des méthodologies d’élimination de ces pesticides appelés des éliminations écologiquement rationnelles. « Il nous faut donc informer les agriculteurs sur les dangers des Pops. Notre devoir est d’informer également toute la population, de sorte que personne ne soit surpris lorsque la législation sur la question sera adoptée » a-t-il poursuivi. Le Pr a, enfin, rappelé que la Côte d’Ivoire est signataire de la Convention de Stockholm. Puis, il l’a définie comme une loi contraignante permettant de préserver la santé et l’environnement par un comportement exemplaire.

RB
Commentaires

Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 3613 du 24/3/2016

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie
Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment

Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment