Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Nouvelle réforme du BTS 2016 : les parents d’étudiants disent non !
Publié le vendredi 6 mai 2016  |  Abidjan.net
Conférence
© Autre presse par DR
Conférence de presse de l`Organisation des parents d’élèves et étudiants de Côte d’Ivoire
Face à la nouvelle réforme portant sur le déroulement du BTS initiée par la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESRES) , l’OPEECI (Organisation des parents d’élèves et étudiants de Côte d’Ivoire), a tenu un point de presse le mardi 03 mai 2016, au siège du MIDD (Mouvement des instituteurs pour la défense des droits) à Abidjan .
Comment




Face à la nouvelle réforme portant sur le déroulement du BTS initiée par la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESRES) , l’OPEECI (Organisation des parents d’élèves et étudiants de Côte d’Ivoire), a tenu un point de presse le mardi 03 mai 2016, au siège du MIDD (Mouvement des instituteurs pour la défense des droits) à Abidjan, pour recommander le maintien des dates d’examen communiquées auparavant par la DOREX (Direction de l’orientation et des examens) ayant été acceptés par tous les acteurs et partenaires clés du privé.
En effet, cette nouvelle réforme en question, consiste en une nouvelle procédure et de nouvelles dates pour la gestion de l’examen du BTS 2016.
Elle a été présentée au monde universitaire le lundi 25 avril 2016, à l’Amphithéâtre A du Centre de calcul numérique à l’Université Félix Houphouët Boigny (UFHB), par la Ministre de tutelle, Mme Bakayoko-Ly Ramata, stipulant que les épreuves orales du BTS se tiendront du 22 au 27 août et les épreuves écrites du 29 août au 07 septembre, quant à la proclamation des résultats, elle se fera autour du 29 septembre.
A l’analyse de la situation, l’OPEECI part du fait que le découpage de l’année académique 2015/2016 qui a permis aux grandes écoles supérieures privées de fonctionner jusqu’au 25 avril 2016. Et, les dates des examens BTS, avant la réforme de la Ministre Bakayoko-Ly Ramata, ont fait l’objet d’un travail consensuel.
« La nouvelle réforme de Mme la Ministre sur le même sujet s’est faite à huis-clos en faisant fi de certains acteurs et partenaires clés. Les dates fixées sont en inadéquation avec les premières ce qui nous pose problème » s’est insurgé Président du bureau exécutif national de l’OPEECI, M. Kadio Aka Claude.
Selon lui, si on n’y prend garde, cette nouvelle réforme risque de perturber l’année académique en cours et même les dates de rentrée de l’année prochaine 2016/2017. La majorité des grandes écoles privées termineront leur programme du BTS vers fin juin et ne pourront pas prolonger les formations jusqu’en Août 2016, car cela nécessite un coût.
« A ces difficultés vient s’ajouter le fait qu’après le fin du mois de Mai, si les fondateurs ne rentrent pas en possession de leur décision de renouvellement bloquée au niveau du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche et la recherche scientifique, ils seront dans l’incapacité de fonctionner. Ce qui peut les pousser à fermer les écoles au nez de nos enfants » a confié Kadio Aka Claude, Président des parents d’élèves et étudiants du privé.
Par ailleurs, l’OPEECI, crie haut fort, n’être opposée à aucune réforme allant dans le sens de l’amélioration du système, fait confiance en l’autorité ministérielle en la matière, mais voudrait tout de même l’interpeller pour la sauvegarde de l’année académique en cours.
Ce pourquoi, l’OPEECI ne passe pas par quatre chemins pour prier Mme la Ministre de surseoir à cette nouvelle réforme dont l’élaboration n’a pas fait l’objet de consensus avec tous les acteurs et partenaires clés.
L’Organisation des parents d’élèves et étudiants souhaite par la même occasion qu’on laisse la DESPRIV (Direction de l’enseignement supérieur privé) et la DOREX jouer le rôle pour lequel ces directions ont été créées, ce qui éviterait la création de structures parallèles qui sont souvent source de désordre dans le système.
Elle profite de cette occasion pour exiger la publication et la diffusion des résultats de l’évaluation des établissements privés d’enseignement supérieur qui s’est déroulée du 24 août au 03 décembre 2015 avec une phase de délibération.
L’OPEECI, compte des perturbations que connait en ce moment le système éducatif ivoirien, demande aux autorités gouvernementales, d’examiner avec la plus grande attention, les différentes revendications, causes des remous sociaux et d’apporter les solutions nécessaires pour une école apaisée et pour une formation de qualité recommandée et souhaitée par tous.
Commentaires


Comment