Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Côte d’Ivoire/Anacarde: 26 000 tonnes achetées pour la transformation locale
Publié le samedi 14 mai 2016  |  APA
Commercialisation
© Abidjan.net par Atapointe
Commercialisation de la noix de Cajou: le Conseil fait le Bilan à mi parcours de la campagne 2016
L`auditorium de la CAISTAB a abrité le vendredi 13 mai 2016, la cérémonie de présentation du Bilan a mi-parcours de la campagne 2016 de commercialisation des Noix de Cajou
Comment




A mi-parcours de la campagne de commercialisation, 26 000 tonnes d’anacarde (noix de cajou) contre 24 000 tonnes l’année dernière à la même période ont été achetées pour la transformation locale en dépit d’une ‘’récolte ratée’’ lors de la première phase de la campagne, a annoncé, vendredi, à Abidjan le Président du Conseil du coton et anacarde, Malamine Sanogo.

‘’Au 10 Mai 2016, les transformateurs locaux ont acheté 26 000 tonnes contre un peu moins de 24 000 tonnes au même stade de la campagne en 2015’’, a déclaré M. Sanogo au cours d’une réunion bilan à mi-parcours.

La Côte d’Ivoire est devenue en 2015, le premier producteur mondial de l’anacarde avec 700 000 tonnes. Sur cette production, seulement 45 000 tonnes ont été transformées localement, à en croire, le Directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde.

‘’ Malgré la rude concurrence des exportateurs de noix brutes, les transformateurs ont augmenté leur niveau d’achat d’un peu moins de 10% par rapport à la campagne 2015’’, s’est-il félicité en soulignant que ‘’les mesures incitatives additionnelles en cours de finalisation devraient aider à accroitre leur capacité d’action’’.

Pour cette campagne 2016, 1192 acheteurs et 128 exportateurs ont été agréés par le Conseil. L’engouement suscité par les résultats de la réforme de la filière anacarde sur les deux premières campagnes de mise en œuvre a entraîné, selon Malamine Sanogo, une augmentation de plus de 35% du nombre de demandes d’agrément acheteurs de noix de cajou et de plus de 26% au niveau des exportateurs.

A ce stade, a-t-il ajouté, ‘’environ 450 000 tonnes de noix de cajou ont été achetées aux producteurs’’, précisant que ‘’les régions du Béré (Nord-Ouest), Hambol (Nord), Gontougo (Nord-Est) et du Poro (extrême Nord) sont en tête avec plus de la moitié des achats’’.

Un peu plus de 200 000 tonnes de noix de cajou ont été exportées à ce stade de la campagne contre 330 000 tonnes à cette même période en 2015. ‘’Comparativement à la campagne 2015, les volumes des achats et des exportations de noix de cajou sont en recule respectivement de 19% et 40%. Ce qui, à ce stade de la campagne s’explique par un retard de maturité de noix de cajou’’, a poursuivi M. Sanogo, imputant cette situation aux ‘’aléas climatiques’’.

‘’Ces dernières semaines, il est observé un regain d’activité qui incite à l’optimisme. La baisse globale des exportations est plus notable à destination de l’Inde avec plus de 60% qu’au niveau du Vietnam où le volume est quasi constant (4% de baisse)’’, a expliqué le Directeur général du Conseil coton et anacarde.

Le prix FOB moyen passe de 554 en 2015 à 775 FCFA/kg de noix brutes de cajou en 2016. D’un prix minimum bord champs de 350 FCFA /kg de noix brutes de cajou bien séchées et bien triées, les prix aux producteurs ont évolués jusqu’à 650 FCFA dans certaines localités, soit quasiment le double avec une moyenne nationale de l’ordre de 550 FCFA.

‘’La situation du marché international des amandes et des noix de cajou incite à l’optimisme pour la suite de la campagne’’, a rassuré Malamine Sanogo. En effet, les niveaux du prix pour l’origine Côte d’Ivoire sont de l’ordre de 1500 à 1600 USD la tonne pour un niveau de référence de 1150 USD la tonne en début de campagne. Le niveau du dollar par rapport à l’Euro et donc au franc CFA est resté constamment au-dessus de 575 FCFA pour un niveau de référence de 570 au début de la campagne.

LS/APA
Commentaires


Comment