Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Groupe consultatif/PND 2016-2020: La Côte d’Ivoire obtient 7700 milliards de Fcfa
Publié le mercredi 18 mai 2016  |  Fraternité Matin
Groupe
© Ministères par DR
Groupe consultatif du PND 2016-2020: ouverture des travaux à paris
Les travaux du Groupe Consultatif pour le financement du PND 2016-2020 ont débuté ce mardi 17 mai à la représentation française de Banque mondiale à Paris.
Comment




La Côte d’Ivoire attendait, au titre des investissements publics, 4425 milliards de Fcfa en venant à Paris. Ce mardi 17 mai 2016, à l’issue de la première journée de la réunion du Groupe consultatif pour le financement du Pnd 2016-2020, les intentions et engagements annoncés par les différents partenaires au développement affichent presque le double des attentes, soit 7700 milliards de Fcfa.

Ce sont donc des institutions (Banque mondiale, Bad, Union européenne, Banque islamique de développement (Bid), Boad, Badea…) mais aussi des pays (France, États-Unis, Japon, Corée du Sud, Allemagne…) qui ont déclaré leur soutien à la Côte d’Ivoire. Il s’agit par exemple de la Bad qui a annoncé 2,370 milliards de dollars, la Bid 1,800 milliard de dollars, l’Ue, 315 millions d’euros, le Pnud, 443 millions de dollars, la Banque européenne d’investissement (Bei), 187 millions d’euros, la Boad, 350 milliards de Fcfa, la Badea, 100 millions de dollars et la Bidc, 200 millions de dollars. Les États-Unis ont pris l’engagement de décaisser 173 millions de dollars par an sur la période du Pnd, avec des investissements accrus dans le domaine de la santé.

La France promet quant à elle, dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2d), 1,748 milliard de dollars dont 150 millions de dollars restent à engager. La Corée du Sud promet également 120 millions de dollars, le Japon, 41,6 millions de dollars et Save the Children s’est engagé à hauteur de 44 millions de dollars. En attendant de consolider ces chiffres annoncés, le Premier ministre Kablan Duncan s’est félicité de ce pari réussi qui traduit l’adhésion des partenaires à la vision du Chef de l’État, celle de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent en 2020.

Pour le chef du gouvernement, cette bonne annonce est à mettre à l’actif du climat des affaires de plus en plus favorable dans le pays, contrairement à la situation de l’après crise post-électorale en 2011-2012.Surtout que trois grandes orientations avaient été données à l’action publique, à savoir: assurer la paix et la sécurité; réaliser la réconciliation nationale et la cohésion sociale, et assurer la relance économique et la reconstruction nationale.

« Concernant la paix et la sécurité, en dépit de la récente attaque terroriste de Grand-Bassam, en mars dernier, attaque très vite maîtrisée, il est aisé d’affirmer qu’aujourd’hui la Côte d’Ivoire se caractérise par la paix, la sécurité intérieure et la stabilité retrouvées. En effet, le pays est parvenu à réduire significativement l’impact d’une décennie de crise comme le confirme l’évolution en baisse de l’indice national de d’insécurité qui s’établit à 1,11 à fin 2015 contre 3,8 en 2011 et l’indice des Nations unies qui a chuté de 4 à 2, soit le même niveau que les villes de Genève et de New York », a souligné Kablan Duncan.

Outre la sécurité, le gouvernement ivoirien peut aussi se féliciter de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale en bonne marche dans le pays, « en témoignent notamment le bon déroulement de l’élection présidentielle de 2015 et l’acceptation des résultats par tous les candidats, la rétrocession des biens privés illégalement occupés par les ex-combattants et le démarrage du processus d’indemnisation des victimes des crises antérieures », a confirmé M. Duncan.

Ajouté à cela, en matière de relance économique et de reconstruction nationale, les nombreuses réformes structurelles et sectorielles mises en œuvre ont permis d’assurer la stabilité du cadre macroéconomique au cours de la période 2011-2015 et d’atteindre le taux de croissance annuel moyen à 9%. « L’ambition que nous avons, est crédible, une ambition que nous pouvons réaliser », a assuré M. Duncan en se référant donc à ces efforts de redressement de l’économie nationale accomplis depuis la sortie de crise.
... suite de l'article sur Fraternité Matin

Commentaires


Comment