Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Conseil coton-anacarde: le directeur général et son adjoint suspendus
Publié le vendredi 27 mai 2016  |  Le Quotidien d’Abidjan
Ouverture
© Abidjan.net par Atapointe
Ouverture officielle de la campagne 2014 de la commercialisation de l`anacarde
Lundi 17 février 2014. Abidjan (Caistab). Le ministre de l`Agriculture, Coulibaly Sangafowa a officiellement ouvert la campagne 2014 pour la commercialisation de l`anacarde, en présence des acteurs de la filière. Le prix de la noix de cajou est fixé à 225 Fcfa/kg. Malamine Sanogo, directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde.
Comment




Le directeur général du Conseil Coton-anacarde, Malamine Sanogo et son adjoint ont été suspendus pour nécessité d’enquête. Cette annonce a été faite hier au terme d’un conseil des ministres extraordinaires qui s’est tenu à Abidjan-Plateau. Cette décision prise par le gouvernement fait suite à un audit de la filière coton-anacarde, précise le porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné..Il a également fait savoir qu’une direction intérimaire a été mise en place dans la mesure où les investigations se poursuivent. Aussi a-t-il confié qu’une fois l’enquête terminée, des décisions seront prises si besoin en était. « Une fois définitive, s’il y a lieu de prendre des décisions, elles le seront », a-t-il ajouté. Selon le porte-parole du gouvernement, il est inadmissible que des dysfonctionnements viennent mettre à mal les résultats positifs de la filière anacarde. Il est donc nécessaire que le gouvernement apporte un éclairage sur la question dans le but de préserver l’intérêt des producteurs. Il convient de noter que dans le cadre de la réforme des filières coton et anacarde engagée en 2014, le directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde, Malamine Sanogo, a fixé les actions prioritaires à réaliser pour redynamiser la filière cajou. Ce sont entre autres, la structuration de la commercialisation pour permettre la traçabilité mais aussi le respect des contrats ; le développement de la transformation locale et la création d une interprofession crédible et représentative; la mise en place d’un encadrement dédié aux producteurs et une sacherie propre à la filière. Pour rappel, la semaine dernière, certains médias ont rendu public l’information selon laquelle, il y aurait eu un détournement de fonds dans la filière anacarde relatif à la « sacherie export ».

Rosemonde Kouadio
Commentaires


Comment