Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Crise postélectorale en CI: "Il y a encore beaucoup à faire" pour l’assistance des victimes de violences sexuelles (ONU)
Publié le samedi 28 mai 2016  |  Alerte Info
Violences
© Abidjan.net par Atapointe
Violences sexuelles en période de Crise: le ministre de la femme accorde une audience à Zainab Hawa Bangura des Nations Unies
Jeudi 26 Mai 2016. Abidjan. Euphrasie Yao, Ministre en charge de la Promotion de la femme, de la famille et de la protection de l`enfant a accordé une audience à la secrétaire générale des Nations Unies chargée des violences sexuelles commises en période de crise.
Comment




La représentante spéciale du Secrétaire générale des Nations-Unies chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, Zainab Hawa Bangura, a déclaré vendredi qu’il y a encore "beaucoup à faire" pour la prise en charge des victimes de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire, à Abidjan.

"L’apport d’assistance aux victimes de violences sexuelles" est un "défi qui reste à relever", a dit Mme Bangura, admettant qu’"il y a encore beaucoup à faire à ce sujet" en Côte d’Ivoire, comme "au plan international", face à la presse au siège de l’Opération des Nations-Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI).

Selon elle, la "prise en charge" des victimes de violences sexuelles en période de conflit, notamment en terme "d’appui médical et psycho-social (…) manque dans la plupart des pays" du monde.

"Nous encourageons les autorités (ivoiriennes) à mener des enquêtes et à (engager) des poursuites judiciaires pour s’assurer que tous ceux qui sont impliqués soient poursuivis", a ajouté Zainab Hawa Bangura, indiquant avoir "discuté" avec le gouvernement ivoirien "de l’importance de s’assurer que les victimes de violences sexuelles soient assistées pour leur réinsertion".

Zainab Hawa Bangura a par ailleurs déploré que les victimes, dont le "nombre exact" n’a pas été défini, "doivent payer" le certificat médical auprès des médecins, regrettant également que ce document ne figure pas parmi les "conditions pour porter plainte" en Côte d’Ivoire.

"Nous allons continuer à travailler avec la Côte d’Ivoire", a-t-elle assuré, évoquant la possibilité d’"organiser une réunion d’échange d’expérience" sur les violences sexuelles en période de conflit, entre les forces armées de divers pays dont le Congo, le Soudan, la Centrafrique ou encore le Mali.


MYA
Commentaires


Comment