Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire: Des ONG dénoncent les "expulsions arbitraires" dans des forêts classées
Publié le lundi 13 juin 2016  |  Alerte Info
Tourisme
© Abidjan.net par Marc Innoncent
Tourisme / EDUCTOUR Espagnol: Abidjan visitée par les espagnols
Dimanche 19 Avril 2015. Abidjan. La forêt du Banco, le plan lagunaire et les endroits chauds de la ville d`Abidjan ont été visités par les espagnols conviés à l`edductour organisé par Côte d`Ivoire Tourisme.
Comment




Human Rights Watch et le Regroupement des acteurs ivoiriens des droits humains (Raidh) dénoncent "les expulsions arbitraires" des habitants dans des forêts classées qui sont "exposés à des actes d’extorsion" de la part de la structure en charge de la conservation des forêts, dans un rapport publié lundi.

"La Société de développement des Forêts (Sodefor) expulse régulièrement des agriculteurs sans avertissement préalable, incendiant souvent leurs domiciles et leurs biens", indique le rapport publié à la suite d’une enquête conjointe menée par HRW et le Raidh en mai 2015 et mars 2016.

"Des familles sont violement expulsées des terres sur lesquelles elles ont vécu et travaillé des années, et voeint tout ce qu’elles possèdent détruit en un instant", a déclaré Jim Wormington, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à HRW dans le rapport.

Selon les organisations des droits de l’Homme, "25 personnes dont les maisons ou les plantations ont été détruites par la Sodefor aux cours des opérations d’expulsion qui ont eu lieu entre 2014 et 2016 dans les forêts classées de Cavally, Goin-Débé et Scio dans l’ouest de la Côte d’Ivoire".

Ces expulsions des familles dont la plupart ont vécu "depuis des années dans l’une des forêts classées" ont été faites sans "avertissement préalable", regrettent les ONG.

"Pour les communautés vivant dans les forêts classées, dont la plupart comptent sur leurs terres pour les cultures de rente et vivrières afin de subvenir aux besoins de leurs familles, l’impact de la perte de leurs maisons et de leurs moyens de subsistance de longue date est grave", selon le rapport.

HRW et le Raidh appellent le gouvernement ivoirien à "mettre un terme aux expulsions forcées et mener des enquêtes et des poursuites pour violations commises" par des agents de la Sodefor.

LIB
Commentaires


Comment