Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire: l’opposition rejette le référendum sur la Constitution
Publié le jeudi 30 juin 2016  |  AFP
Révision
© Abidjan.net par Marc-Innocent
Révision constitutionnelle: les partis politiques de l`opposition rejettent la démarche du Président Ouattara au cours d`une déclaration
Les partis politiques de l`opposition ont, au cours d`une déclaration lue ce Jeudi 30 Juin 2016, rejeté, la démarche du Président Ouattara relative à la révision de la Constitution. C`était à la salle 3 de l`Hôtel Belle Côte.
Comment




Abidjan - Vingt-trois partis d’opposition dont le Front Populaire Ivoirien (FPI), fondé par l’ancien président Laurent Gbagbo, ont adopté jeudi une déclaration commune refusant le référendum sur une nouvelle Constitution voulue par le président Alassane Ouattara.

"Les signataires rejettent la procédure anti-démocratique, autoritaire et unilatérale du président pour la Nouvelle Constitution (... et) invitent le président à faire de preuve de sagesse en retirant purement et simplement le projet de référendum constitutionnel", selon le document signé lors d’une cérémonie à Abidjan.

La rédaction d’une nouvelle Constitution était l’une des promesses de campagne d’Alassane Ouattara, réélu pour un second et dernier mandat de cinq ans en octobre 2015. Ce dernier projette de présenter le nouveau texte en septembre-octobre.

De source proche de la présidence, outre la clarification de l’éligibilité et l’évacuation du concept d’"ivoirité" source de tension, la création d’un poste de vice-président et d’un Sénat, la suppression du poste de Premier ministre ou l’établissement de calendriers électoraux immuables, sont à l’étude.

Les opposants demandent la "convocation d’une assemblée constituante" et critiquent de nombreux autres choix. "La nomination d’un vice président vise en réalité à lui (Ouattara) permettre de choisir son successeur ce qui traduirait une dévolution monarchique du pouvoir", disent-ils.

"La multiplication de nouvelles institutions, vice-présidence, Sénat, Chambre des rois, dans une période où le budget de l’Etat s’avère insuffisant pour faire face à l’amélioration du niveau de vie des populations est anachronique", estiment-ils.

Parmi les partis signataires figurent le FPI de Pascal Affi Nguessan, le Cojep de l’ex-chef des jeunes patriotes François Blé Goudé (actuellement emprisonné à La Haye), le Lider de Mamadou Koulibay l’ancien président de l’Assemblée nationale, l’URD de l’ancienne ministre Danielle Boni Claverie, le RPCI de Bamba Morifère ou encore le Nacip de "Sam l’Africain".

pgf/jlb
Commentaires


Comment