Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Afrique
Article
Afrique

Prévention des conflits en Afrique de l’Ouest : la jeunesse appelée à s’impliquer davantage
Publié le mercredi 20 juillet 2016  |  Abidjan.net
Prévention
© Abidjan.net par D Tagro
Prévention des conflits en Afrique de l’Ouest : la jeunesse appelée à s’impliquer davantage
Mercredi 20 juillet 2016. Abidjan. Atelier régional sur le « Leadership des jeunes et prévention des conflits en Afrique de l’ouest », organisé par le Gorée Institute. Photo: Mariatou Koné, ministre ivoirienne de la Solidarité, de la cohésion sociale et de l’indemnisation des victimes.
Comment


La sous-région ouest africaine a besoin de paix pour relever le défi du développement. Et cette paix ne peut être effective sans l’implication de la jeunesse qui représente une frange importante de la population. Telle est l’idée qui sous-tend l’atelier régional sur le « Leadership des jeunes et prévention des conflits en Afrique de l’ouest », qui se tient du 20 au 22 juillet 2016 à Abidjan à l’initiative de Gorée Institute, dans le cadre de son programme de « Consolidation de la Paix et de prévention des conflits en Afrique de l’ouest ». Une quarantaine de jeunes de la société civile et des Ongs venus du Bénin, du Burkina Faso, de la Guinée, de la Guinée Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal, du Togo et de la Côte d’Ivoire participent à cette rencontre.


A l’occasion, Mariatou Koné, ministre ivoirienne de la Solidarité, de la cohésion sociale et de l’indemnisation des victimes, présidente de la cérémonie, n’a pas manqué d’attirer l’attention des participants sur leur rôle dans le maintien de la paix au niveau de l’espace régional. « Notre sous-région a besoin de paix pour relever les défis du développement. Notre sous-région a besoin de paix pour offrir les perspectives d’épanouissement aux populations particulièrement aux jeunes qui s’interrogent quotidiennement sur leur avenir. Mais cette paix pour se construire a besoin de la participation de tous. Dans cette quête pour un environnement social apaisé les leaders de jeunesse ont un rôle important à jouer », a incité la ministre.


La violence est à bien des égards la voie par laquelle les jeunes ont décidé de se faire entendre, a dénoncé pour sa part Sidi Tiémoko Touré, ministre ivoirien de la Promotion de la Jeunesse, de l’emploi des jeunes et du service civique. De son constat « la jeunesse africaine est la plupart du temps associée d’une manière ou d’une autre, directement ou indirectement aux différentes révoltes ou rebellions qui prennent forment sur le continent». Il a appuyé son propos avec des chiffres de la Banque mondiale qui révèlent que 40% de ceux qui rejoignent les mouvements rebelles ou terroristes sont en manque d’emplois. Fort heureusement, s’est-il réjoui, « bien de nos dirigeants ont pris conscience de la nécessité de mettre en place des projets innovants, dynamiques et concrets pour lutter contre le chômage à plusieurs niveaux». En Côte d’Ivoire, a-t-il précisé, le président de la République en a fait une priorité, afin de donner aux jeunes leur dignité.


Selon Doudou Dia, Directeur exécutif de Gorée Institute, cet atelier revêt un volet technique consistant à renforcer les capacités en matière de leadership des jeunes et en prévention des conflits, et de contribuer à mobiliser la jeunesse africaine pour une pleine participation à l’instauration de la paix et de la sécurité dans l’espace CEDEAO. Mais au delà de cet aspect, a-t-il fait remarquer, il s’agit pour le Gorée Intitute avec l’appui des partenaires étatiques et non étatiques de créer une synergie forte d’actions et d’efforts pour l’instauration de sociétés paisibles et auto-suffisantes en Afrique.


La finalité de ce projet, précisons-le, est d’atteindre les objectifs fixés par les instruments internationaux, régionaux et sous-régionaux relatifs à la « responsabilisation de la jeunesse et son implication dans le processus de paix et de sécurité », notamment la Résolution 2250 adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies en décembre 2015 ; le Cadre de prévention (CPCC) adopté par le Conseil de médiation de la sécurité de la CEDEAO en janvier 2008, la Charte africaine de la Jeunesse adoptée par les Chefs d’Etats et de gouvernements de l’Union africaine en juillet 2006.

Danielle Tagro



Doudou Dia, Directeur exécutif du Gorée Institute, plaide pour l`implication des jeunes dans la prévention des conflits
Publié le: 20/7/2016  |  Abidjan.net Radio

Commentaires

Sondage
Prévention
© Abidjan.net par D Tagro

Prévention
© Abidjan.net par D Tagro


Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment
Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment