Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Déguerpissement musclé à Adjamé : Des jeunes en colère agressent des passants
Publié le vendredi 26 aout 2016  |  Notre Voie
Salubrité
© Abidjan.net par Marc-Innocent
Salubrité urbaine: Démarrage de l’opération de déguerpissement des installations anarchiques sur le Boulevard Nangui Abrogoua à Adjamé
Le Ministre de la Salubrité Urbaine et de l’Assainissement a lancé ce mercredi 17 août l’opération de déguerpissement des installations anarchiques à la « Casse », sur le Boulevard Nangui Abrogoua et l’avenue Jacob Williams dans la commune d’Adjamé.
Comment


L’insécurité a pris un coup d’accélérateur dans la commune d’Adjamé depuis le début de l’opération de déguerpissement des trottoirs et des espaces, à partir de La Casse jusqu’au boulevard Nangui Abrogoua. Selon des témoignages de victimes, des jeunes gens ont pris la résolution d’agresser tous les passants avec des armes blanches (couteaux, machettes et gourdins) afin de se faire des sous, vu qu’ils n’ont plus d’activités génératrices de revenus. En clair, à en croire des sources rencontrées hier, un acte de vengeance contre les acteurs de la société pour faire payer au gouvernement, sa décision de les déguerpir. « Mercredi dernier, aux environs de 10h, non loin de la gare nord de la Sotra à Adjamé, des jeunes microbes ont agressé une dame à bord de son véhicule personnel en faisant voler en éclats sa vitre avant. Avant d’arracher peu après de force, ses portables et son porte-monnaie. Personne n’est venue à son secours lorsqu’elle criait à l’aide», a révélé un élément des Frci sous le couvert de l’anonymat. Puis, il ajoute : « On ne peut rien faire puisqu’il nous été formellement interdit de faire usage de nos fusils sur ces enfants au risque d’aller en taule. Les policiers qu’on accompagne dans les opérations de déguerpissement sont moins lotis que nous puisqu’ils ne possèdent aucune arme. C’est triste ! ». Les sites de prédilection des malfaiteurs sont « Adjamé en bas du pont », « Le Black market », « Liberté » et « Mirador ».

Didier Kéi
Commentaires


Comment