Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Tafiré / Le maire Sanga Charles veut solliciter les dozos pour lutter contre l’insécurité
Publié le jeudi 1 septembre 2016  |  Notre Voie
Comment


Le maire Rdr de la commune de Tafiré, a publié, sur son facebook, sa « solution » pour faire face à l’insécurité grandissante dans sa localité. Il propose comme recette, de faire appel aux dozos, des chasseurs traditionnels. Car selon lui, « depuis pratiquement deux mois, les jours se suivent et se ressemblent dans la zone de Tafiré. Comme s'ils y avaient élu domicile, les coupeurs de route sont en activité du carrefour Niediekaha à Kouroukouna. De plus en plus, ils deviennent brutaux et sauvages, ne se contentant pas seulement de l'argent et des biens matériels. Nous déplorons déjà des morts et de nombreux blessés par balle. Cette situation ne peut plus durer. Les populations nous demandent des comptes à nous autres élus locaux. Ce qui est légitime. Mais, que pouvons-nous, en dehors de la sensibilisation et des petits efforts pour équiper les forces de sécurité? A notre tour, nous interpellons les autorités compétentes pour que des décisions fermes soient prises pour rassurer les populations, et favoriser les activités économiques. Nous avons demandé cela de vive voix à qui de droit. Et quelque chose sera fait nous a t-on promit. Mais, dites moi : et si on nous autorisait à recourir à nos vaillants dozos qui avaient, par leur connaissance du terrain, vaincu le phénomène des coupeurs de routes il y a des années de cela ?», écrit le maire de Tafiré. Le premier magistrat de la ville, comme on peut le constater est au bord du département et ne sait plus à quel saint se vouer. « Ado solution », le slogan de campagne d’Alassane Ouattara, pour dit-on changer le quotidien des ivoiriens, en améliorant leurs conditions de vie, n’est donc que de la poudre aux yeux ? Les populations de Tafiré l’apprennent à leurs dépens. Malheureusement.

Vincent Deh
Commentaires


Comment