Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Conférence annuelle de la femme entrepreneure de Côte d’Ivoire : Les femmes de Yamoussoukro invitées à prendre une part active à ces assises
Publié le samedi 24 septembre 2016  |  Abidjan.net
Conférence
© Autre presse par DR
Conférence annuelle de la femme entrepreneure de Côte d’Ivoire : Les femmes de Yamoussoukro invitées à prendre une part active à ces assises
En prélude à la Conférence annuelle de la Femme Entrepreneure de Côte d’Ivoire (CAFECI) prévue les 29 et 30 septembre à Abidjan, une mission conduite par la présidente de la Commission Genre de la Fédération Ivoirienne des Petites et Moyennes Entreprises (FIPME), Zekré Kouadio a rencontré mercredi les Femmes de Yamoussoukro.
Comment


En prélude à la Conférence annuelle de la Femme Entrepreneure de Côte d’Ivoire (CAFECI) prévue les 29 et 30 septembre à Abidjan, une mission conduite par la présidente de la Commission Genre de la Fédération Ivoirienne des Petites et Moyennes Entreprises (FIPME), Zekré Kouadio a rencontré mercredi les Femmes de Yamoussoukro. Au menu des échanges la participation des femmes entrepreneures de la capitale politique ivoirienne aux assises de la CAFECI.

Mme Zékré Kouadio a exhorté ses « sœurs » de Yamoussoukro a prendre une part active aux assises de la CAFECI, qui reste un rendez-vous important pour la femme entrepreneure ivoirienne. Pour donner un avant goût à ce que sera cette rencontre d’Abidjan, Mme Lawson Kohoué, Directeur général de SIDES Côte d’Ivoire a prononcé une conférence sur le thème « Montage et financement du plan d’affaires ». Mme Lawson a indiqué que le plan d’affaires du projet à monter est un ensemble de moyen mis en œuvre de façon coordonnée pour réaliser une production déterminée par la transformation de matières et de produits, ou assurer une prestation de service etc. Il peut être privé ou public. Il peut être financé par l’autofinancement, l’augmentation de capital, les subventions, les emprunts auprès des établissements de crédits et de crédit-bail. Déclinant le plan d’affaires, elle a précisé que celui-ci est un document du projet qui doit être développé sur cinq pages maximum. Il comprend le titre du projet, le secteur d’activité, sa localisation, l’identité du promoteur, la date de démarrage, son coût, l’apport personnel, le montant du prêt sollicité, la durée du remboursement, le montant attendu d’autres partenaires à préciser, le parrain ou le mentor probable etc. Il doit, entre autres, mettre à l’évidence une étude de marché qui présente le marché, la concurrence, la politique de vente, l’importance et le taux de croissance du marché, les clients visés, les facteurs de réussite etc. Au-delà, Mme Lawson a recommandé aux porteurs de projet de disposer d’un apport personnel de l’ordre de 30 à 50% du coût total de leur projet. « un apport suffisant démontre l’engagement du porteur du projet et diminue les garanties à apporter au banquier et les risques que ce dernier prendrait en prêtant la somme demandée », a-t-elle dit.

L’étape de Yamoussoukro, à l’instar des rencontres sectorielles des communes d’Abidjan n’a été possible que grâce à l’appui technique et financier de NSIA Fondation dont l’une des missions est de « s’investir pour un avenir meilleur » dans l’éducation, l’entrepreneuriat, l’environnement, l’art et la culture au profit de la femme et surtout de la jeune fille. « Celui qui éduque une femme éduque une nation, et quiconque forme une femme, forme une communauté », a indiqué Mme M’Bengue représentant Mme Madeleine YAO, Directrice exécutive de NSIA Fondation. Il faut noter que l’un des objectifs de la CAFECI est de définir les conditions institutionnelles et les modalités techniques pour assurer une meilleure valorisation de l’entrepreneuriat féminin. Ce dans la perspective de favoriser son autonomisation.

Elisée B.
Commentaires


Comment