Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

23 partis de l’opposition appellent à une coalition du NON au référendum
Publié le dimanche 9 octobre 2016  |  Partis Politiques
Vingt-trois
© Abidjan.net par Atapointe
Vingt-trois partis d`opposition dénoncent l`avant projet de la nouvelle constitution
Jeudi 6 octobre 2016. Abidjan-Cocody. Vingt-trois partis d`opposition réunis au sein du Collectif de l`Opposition DEmocratique (CODE), ont dénoncé jeudi, au cours d`une conférence de presse, le projet de nouvelle Constitution au lendemain de sa présentation par le président Alassane Ouattara, appelant à une coalition du NON.
Comment


Vingt-trois partis d'opposition réunis au sein du Collectif de l'Opposition DEmocratique (CODE), ont dénoncé jeudi, au cours d'une conférence de presse, le projet de nouvelle Constitution au lendemain de sa présentation par le président Alassane Ouattara, appelant à une coalition du NON.
Regroupant le FPI de Pascal Affi Nguessan, le Cojep de Blé Goudé , Lider de Mamadou Koulibay, l'URD de l'ancienne ministre Danielle Boni Claverie, le RPCI de Bamba Morifère ou encore le Nacip de "Sam l'Africain", le CODE rejette l’avant projet de loi du président Ouattara qui est une poursuite « de la patrimonialisation du pouvoir ».
« Nous appelons les forces vives de la nation à dire non à ce projet de loi » a indiqué Bamba Moriféré, porte-parole de la coalition qui précise néanmoins que « nous ne refusons pas une nouvelle constitution, mais il ne revient pas au président lui seul de modifier la constitution ».
Dénonçant la « vitesse éclair » avec laquelle le projet arrive à son terme, il a précisé que la constitution de l’an 2000 ne prévoyait pas une reforme constitutionnelle mais plutôt un amendement.
"Comment voulez-vous que les Ivoiriens aillent voter dans moins de trois semaines, une Constitution de 57 pages qu'ils n'ont même eu le temps de lire ? C'est une première mondiale", a-t-il fustigé.
Henriette Lagou a pour sa part invité à la parité dans les médias pour les partisans du OUI comme pour ceux du NON. Pour elle, la nouvelle constitution pose en elle-même un problème.
Le projet sera examiné vendredi en commission avant d'être adopté lundi. Le texte adopté sera soumis aux votes de l'ensemble des élus le mardi.
Commentaires


Comment