Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

La Côte d’Ivoire, première économie d’Afrique de l’Ouest à être notée en CFA
Publié le mardi 25 octobre 2016  |  Jeune Afrique
Energie
© Abidjan.net par Marc Innocent
Energie électrique: Bloomfield Investment présente la note du secteur au cours d`une table ronde
La structure de notation Bloomfield Investment a organisé, le Jeudi 29 Septembre 2016 à son siège, une table ronde au cours de laquelle elle a restitué les résultats de son étude sur le secteur de l`énergie électrique en Côte d`Ivoire. Plusieurs acteurs du secteur étaient présents dont Mme Jeanne-Chantal Bouedy, Conseiller spécial du Ministre du Pétrole et de l`Energie. Photo: Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment.
Comment


Vendredi la Côte d'Ivoire a reçu sa première notation de l'agence de notation panafricaine Bloomfield. C'est le premier pays d'Afrique de l'Ouest à recevoir une appréciation de ses fondamentaux économiques estimés en CFA, et non pas en dollars. « C'est une appréciation plus juste de la capacité réelle de crédit d'un pays », vante le patron de cette agence de notation basée à Abidjan, qui assure que d'autres États africains vont suivre.

Petite révolution dans la notation financière des États africains : l’agence de notation panafricaine Bloomfield, basée à Abidjan, a délivré vendredi 21 octobre une première note, en monnaie locale, sur la situation économique ivoirienne.

Elle a décerné à la Côte d’Ivoire la note A- (7e rang sur une échelle qui en compte 20, de AAA à D), qui place le pays à un niveau correct d’investissement, quand les agences américaines – les « Big three » – qui font autorité à l’échelle internationale (Fitch, Moody’s et Standard & Poor’s) ne lui accordent pas, ou alors de justesse, le statut de débiteur fiable vis-à-vis des prêteurs internationaux en dollars.

« Cette notation donne une vision beaucoup plus juste de leur capacité intrinsèque de crédit affranchie des restrictions liés aux taux de change ou aux réserves de devises », indique Stanislas Zézé, le PDG de l’agence de notation financière Bloomfield Investment, qui assure que des discussions sont en cours avec plusieurs autres États désireux d’être notés en monnaie locale.

C’est la première notation financière que l’agence délivre sur un État, celle-ci ayant déjà livré ses diagnostics sur les villes d’Abidjan et de Dakar, le secteur bancaire, ou encore les entreprises. Mieux, c’est la première notation, dite « souveraine » quand elle concerne les fondamentaux économiques d’un État, d’une agence africaine vis-à-vis d’un État africain.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires

Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment
Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment