Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Secteur de la grande distribution: la CDCI paralysée depuis le 25 octobre par une grève
Publié le jeudi 27 octobre 2016  |  Le Quotidien d’Abidjan
Comment


Tous les magasins et dépôts de la Compagnie de Distribution de Côte d’Ivoire (CDCI) sur toute l’étendue du territoire national ont baissé pavillon depuis le mardi 25 octobre dernier, et ce jusqu’aujourd’hui. La raison en est que les employés de cette entreprise sont en grève, pour réclamer de meilleures conditions de vie et de travail.

Selon les grévistes rencontrés lors du piquet de grève qui a eu lieu au siège de la direction générale de l’entreprise sis en zone portuaire à Treichville, ces revendications se résument à la revalorisation salariale, à la revalorisation de la prime de logement, à la revalorisation des frais de routes, au paiement des heures supplémentaires, à la prime d’ancienneté etc. « Depuis 14 ans que la CDCI existe, nos conditions de vie et de travail n’ont pas changé en dépit des bénéfices engrangés par l’entreprise. Nous travaillons entre 60 et 80 heures par semaine. Là, où la loi du travail recommande 40 heures. Nous faisons entrer environ six (6) millions par jour et environ deux cent millions par mois dans l’entreprise, pour ne recevoir qu’un salaire de misère qui est de moins de 100.000 francs CFA. Comment comprendre qu’on puisse donner 2.000 francs CFA comme frais de mission à un chauffeur de camion qui a à sa charge un apprenti pour livrer des marchandises, par exemple à San Pedro, ou 7.000 francs CFA à celui qui va au Nord du pays. Cette injustice criarde ne peut plus continuer, trop c’est trop, il faut que ça change, maintenant », dénonce un délégué syndical. Selon les grévistes, leur colère est justifiée en ce sens que les plus anciens d’entre eux sont marginalisés au profit des nouveaux venus, pour la plupart des expatriés. « Les nouveaux employés qui sont des expatriés ont le triple de nos salaires. Mais pourquoi cette injustice alors que nous faisons le même travail ? », s’interroge indigné un autre employé. Pour sa part, M. Diarra Ahmed, directeur des Ressources Humaines de la CDCI, a estimé que les revendications des employés sont fondées, c’est pourquoi, la direction de l’entreprise les a invités à une table de négociation. « Leurs revendications sont justifiées, mais la précipitation avec laquelle la grève a été lancée est regrettable, d’autant plus que nous étions avancés sur certains points. La grève était prévue pour le jeudi 27 octobre prochain, nous sommes donc surpris de de voir les magasins et les dépôts fermés ce matin », a-t- il déclaré, non sans avoir invité les grévistes à reprendre le travail, tout en poursuivant les discussions dans un esprit apaisé.

Jean Yves Bitty
Commentaires

Dans le dossier

Grèves et crise sociales
Titrologie



Le Quotidien d’Abidjan N° 1875 du 26/10/2016

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie
Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment
Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment