Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Référendum 2016/ Grabuge à l’EPP Sicogi 2 de Yopougon : le matériel électoral saccagé dans 8 bureaux de vote sur les 9 que compte ce centre
Publié le dimanche 30 octobre 2016  |  Abidjan.net
Référendum
© Abidjan.net par D.Tagro
Référendum 2016/ Grabuge à l’EPP Sicogi 2 de Yopougon : le matériel électoral saccagé dans 8 bureaux de vote sur les 9 que compte ce centre
Dimanche 30 octobre 2016. Yopougon. Une quinzaine d’individus non identifiés ont saccagé le matériel électoral dans 8 bureaux de vote sur les 9 que compte le centre EPP Sicogi 2. Photo: une urne détruite.
Comment


Des urnes saccagées, des bulletins de vote déchirés, des câbles des appareils biométriques d’identification emportés. Le matériel électoral a été endommagé dans 8 bureaux de vote sur les 9 que compte le centre EPP Sicogi 2 de Yopougon. Une quinzaine d’individus non identifiés s’en sont pris à ce lieu de vote lors du scrutin référendaire qui se tient, ce dimanche 30 octobre 2016, sur toute l’étendue du territoire ivoirien.

Kouadio Modeste, commissaire de la Commission électorale indépendante (CEI) pour ce centre, rapporte que les vandales sont arrivés aux environs de 8h30 et qu’ils avaient des sifflets. « Ils nous ont dit, on n’a pas affaire aux hommes on veut juste le matériel. Sortez, sortez !!! », se souvient-il. M.Kouadio demandera donc aux policiers au nombre de deux, selon ses dires, de ne pas s’opposer au risque de se faire agresser par ces individus visiblement surexcités. Les agresseurs ont donc saccagé huit bureaux. Les occupants du neuvième bureau sentant le danger venir vont vite sécuriser leur matériel.
M. Kouadio a assuré que la CEI a été informée de l’incident et du nouveau matériel leur sera transmis pour poursuivre le scrutin.

Les bandits, par la suite, se sont évaporés dans la nature après leur forfait. Ils ont laissé néanmoins un message, au dire de Bamba Nandy, présidente du bureau de vote no 4, qui a subi en premier la furia des agresseurs « Alassane Ouattara ne travaille pas pour les ’’dioulas’’, ni pour quelqu’un d’autre dans ce pays. Il travaille pour la France et nous devons empêcher ça ».

Un cargo de police est arrivé en renfort pour sécuriser le périmètre. Le matériel endommagé a été emporté par les Forces de l’ordre pour nécessité d’enquêtes.

Pendant ce temps, des électeurs attendent impatiemment d’accomplir leur devoir civique dans cour du centre.

D.Tagro
Commentaires


Comment