Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Affaires des milliards alloués au ministère pour les cours du mercredi : Le ministère et l’Unesco dénoncent les fausses rumeurs
Publié le samedi 5 novembre 2016  |  Le Nouveau Réveil
Réunion
© Abidjan.net par Atapointe
Réunion du comité de pilotage de l`IFEF
Siège de la Banque Mondiale. Le ministère de l’éducation nationale, l’Organisation Internationale de la francophonie (OIF), des partenaires au développement et des organisations francophones et mondiales spécialisées dans les questions d’éducation ont tenu, jeudi 08 octobre à Abidjan, la première réunion du comité de pilotage de l’Institut de la Francophonie pour l`éducation et la formation (IFEF) en vue de donner du contenu aux actions de l’institut. ph : Kandia Camara, ministre de l`Education Nationale
Comment


Le ministère de l’Education nationale et l’Unesco dans deux communiqués dont nous avons reçu copie démentent formellement les informations publiées par certains journaux faisant état de ce que le différend qui opposerait le ministre Kandia Camara aux syndicats d'enseignants du primaire tire sa source du partage de plusieurs milliards de francs Cfa que l'Unesco aurait alloués au ministère de l'Education nationale pour la mise en œuvre des cours du mercredi matin. L'édiction de l'arrêté numéro 2016-0086 du 12 août 2016, comme l’a toujours fait comprendre à tous, et bien entendu aux syndicats, n'a pour seul souci que l'amélioration des performances du système éducatif, et ce au vu et au su des résultats des différentes enquêtes réalisées par les Rapports d’état du système d’éducation nationale de ces dernières années, qui relatent clairement les faiblesses de notre système éducatif. « Cette allégation tendancieuse est d'autant plus mensongère qu'elle est dénuée de tout fondement et ne repose sur aucune vérité ». S’insurge le ministère de l’Education nationale. Et l’augmentation du quantum horaire vise à se mettre aux normes internationales. Et bien plus, « la volonté d’améliorer le système éducatif national, relève de la compétence discrétionnaire du ministre de l'Education nationale. Les enseignants du primaire sont des fonctionnaires régis par le statut général de la Fonction publique suivant les dispositions des articles 1 et 2. A ce titre, leur traitement salarial ne saurait échoir à l'Unesco qui n'en a pas compétence. Il est bon de savoir que l'article 3 de la loi numéro 1995-696 du 7 septembre 1995 relative à l'Enseignement en Côte d'Ivoire dispose que le rythme de l'enseignement comprend des périodes d'étude et des périodes de vacances dont le calendrier est fixé par des textes réglementaires ». Le bureau de l’Unesco a aussi réagi à ses allégations en ces termes « L’étroite et excellente coopération technique avec les autorités ivoiriennes ne prévoit d’aucune manière une quelconque intervention dans la rémunération des enseignants ou le financement des cours du mercredi. Aussi l’Unesco affirme-t-elle catégoriquement que ces allégations sont fausses et infondées ». Voilà qui vient tout clarifier. En effet, les rumeurs sur une quelconque compensation sur l’arrêté du mercredi, comme une traînée de poudre sillonnait un peu partout et était distillée çà et là dans les états états-majors des syndicats. Avec cette mise au point, toutes les parties sont désormais au même niveau d’information.

JEAN PRISCA
Commentaires


Comment