Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Une opération de déguerpissement imminente dans la forêt classée du Bandama rouge
Publié le mercredi 30 novembre 2016  |  AIP
Comment


Dianra – La Société ivoirienne de développement des forêts (Sodefor) a décidé de lancer une vaste opération de déguerpissement dans la forêt classée de Kani-Bandama rouge en vue de la reprendre totalement aux exploitants agricoles qui s’y sont introduits illégalement.

La décision a été annoncée mardi à Biélou, dans la sous-préfecture de Sarhala, au cours d’une réunion publique entre les responsables locaux de la Sodefor et les concernés, en présence des autorités administratives ivoiriennes, de diplomates burkinabè et de la population riveraine de cette forêt.

L’opération est prévue pour démarrer lundi, après trois années de négociation et de sensibilisation. Elle sera appuyée par la force publique.

Elle vise le déguerpissement de 784 personnes dont 675 burkinabè. Ces personnes se sont introduites clandestinement dans la partie est de la forêt classée de Kani-Bandama rouge à la faveur de la crise de 2002 pour y créer de plantations de cacaoyers et d’anacardiers, indique-t-on. Près de 4350 ha, soit 5% de la superficie de cette forêt incluant le ranch de la Marahoué, sont ainsi détruites.

« Les plantations de cacaoyers vont être détruites systématiquement. Les plantations d’anacardiers qui sont en production seront épargnées mais on va y planter des arbres (forestiers, ndlr). Les jeunes plantations d’anacardiers qui ne produisent pas encore seront détruites », a indiqué le directeur du Centre de gestion forestière de Korhogo, Alphonse Tapé Bi. Il explique cette différence dans le traitement de ces deux spéculations par le fait que la zone n’est pas propice à la culture du cacao alors que l’anacardier s’y développe bien.

Poursuivant l’énumération des actions à mener, M. Tapé Bi a également annoncé la destruction des campements à l’intérieur dans la forêt classée, ainsi que trois campements parmi ceux qui sont disséminés aux alentours. Ces trois campements à l’extérieur de la forêt seront détruits parce qu’ils servent de base arrière aux infiltrations », a-t-il expliqué.

La nécessité de ce déguerpissement s’inscrit dans le cadre de la mission de sécurisation des forêts classées confiée à la Sodefor par l’Etat de Côte d’Ivoire. En outre, elle n’est pas dissociable des engagements pris récemment par le chef de l’Etat lors de la COP 21 pour lutter contre le changement climatique.

kaem/kam
Commentaires


Comment