Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article
Sport

Groupe C de la Can 2017: la Poule des retrouvailles entre coaches et des règlements de compte
Publié le samedi 14 janvier 2017  |  L’intelligent d’Abidjan
Comment


La poule C de la 31e édition de la Coupe d’Afrique des Nations, qui se disputera au Gabon du 14 janvier au 5 février 2016, est constituée de la Côte d’Ivoire, du Maroc, de la Rd Congo et du Togo. Un groupe où les entraîneurs se connaissent bien et ont de vieux comptes à régler.

Côte d’Ivoire, une équipe rajeunie mais expérimentée
Par rapport au groupe qui a remporté la Can 2015, c’est une équipe des Eléphants de Côte d’Ivoire fortement remaniée et rajeunie qui est arrivée au Gabon hier. Ceci, à commencer par son sélectionneur Michel Dussuyer, qui était sur le banc du Syli national du Gabon lors de la Can 2015. Il a succédé à Hervé Renard (actuel coach du Maroc) qu’il croisera lors des matches des poules. Sur les 23 joueurs convoqués par Michel Dussuyer, 13 n’étaient pas de la campagne de 2015. Ces derniers seront d’ailleurs à leur première Can. Mais, cela n’enlève rien à leur expérience des compétitions de haut niveau. Malgré leurs jeunes âges, ce sont pour la plupart des joueurs qui évoluent dans les grands championnats Européens (Angleterre, France, Suisse, Allemagne, Italie …). Seuls deux évoluent sur le continent. Il s’agit de Sangaré Badra Ali (Ligue 1 ivoirien) et Gbohouo Sylvain (Tp Mazembé Rdc). Des Joueurs comme Wilfried Zaha, Jonathan Kodja, Adama Traoré, Franck Kessié, Séri Jean-Mickael, Lamine Koné, N’Guessan Serge et autres Nicolas Pepe qui vont découvrir la compétition cette année ont suffisamment de talent pour briller à une Can. Et ils l’ont suffisamment démontré pendant les Eliminatoires. Dans ce groupe, les Eléphants retrouvent de vielles connaissances. D’abord, le Maroc et son sélectionneur Hervé Renard avec qui ils partagent le Groupe C des Eliminatoires du Mondial 2018 et qu’ils ont tenu en échec (0-0) à Marrakech lors de la deuxième journée Eliminatoire. Les Eléphants retrouvent aussi la Rdc qu’ils ont éliminé en ½ finale de la Can 2015 (3-1) et qui crie “revanche“. Même si pour plusieurs spécialistes, ils restent les favoris dans le groupe, les pachydermes ont intérêt à rester sur leurs gardes. La Côte d’Ivoire entre en compétition le lundi 16 janvier 2017, face au Togo.

Maroc, un favori qui arrive à la Can en boitillant
Les Lions du Maroc font partie des grands favoris à la qualification pour le second tour, dans ce groupe C. Ce, même si le sélectionneur national Hervé Renard sera contraint de faire sans certains éléments clés de l’équipe. Il s’agit de Younès Belhanda et de Sofiane Boufal, deux joueurs essentiels du dispositif offensif marocain. Les deux milieux offensifs seront absents pour cause de blessure. Younès Belhanda, lui, était forfait avant-même la publication par Hervé Renard, de liste des joueurs convoqués pour la Can. Mais, pour ce qui est Sofiane Boufal, il s’est blessé alors qu’il était en regroupement avec les Lions. Contraint à se mettre sur la touche pour un mois, le milieu offensif de Southampton a du quitter prématurément la tanière. Une situation qui complique les calculs d’Hervé Renard. Selon la presse marocaine, le technicien français aurait deux options pour colmater cette brèche. Il pourrait s’appuyer sur deux joueurs, aux profils assez proches (rapides, percutants et capables d’évoluer à gauche comme à droite). Renard penserait, dans un premier temps, à Rachid Alioui (Nimes, Ligue 2 France) qui réalise une belle saison (11 buts en 19 matchs). Il est capable de mettre à mal de nombreuses défenses du continent. Toujours selon la presse marocaine, l’autre solution est Ismaïl El Haddad du Wydad de Casablanca. L’attaquant de 26 ans (3 buts cette saison avec son club) avait connu sa deuxième sélection face aux Eléphants (Eliminatoires Mondial 2018). Suffisant pour obtenir la confiance de son coach. Au moment où Hervé Renard croise la route de son ancien maître, Claude Le Roy (coach du Togo) et de ses anciens poulains (les Eléphants), ces défections sont comme une épine dans le pied.

RD Congo, un sérieux outsider
Dans ce groupe C de la Can 2017, la Rd Congo vient se présenter comme un sérieux outsider. Médaillé de bronze de la dernière édition, Florent Ibenge, le sélectionneur des Léopards, et ses poulains ne voudront pas rester au premier tour. Ils mettront toutes les chances de leurs côté pour accéder aux ¼ de finales et tenter d’égaler la performance, voire, faire mieux. C’est donc dans cette optique que celui qui occupe aussi le poste d’entraîneur du TP Mazembé a fait revenir de sa retraite internationale, son attaquant vedette, Dieumerci M’Bokani. Dans ce groupe C, la Rdc croisera le chemin de la Côte d’Ivoire qui l’avait privé de la finale en 2015. Les Léopards croisent également leur ancien sélectionneur (Claude Le Roy) qui a conduit l’équipe aux Can 2012 et 2013. A la Can 2015, la Rdc de Florent Ibenge avait déjà eu raison de Claude Le Roy en le privant des ½ finales. Alors coach du Congo Brazza de Thievy Bifouma, Claude Leroy est ses poulains s’étaient inclinés en (2-4), après avoir menés au score (2-0). Le face-à-face Rdc-Togo annonce donc des étincelles.

Togo, le petit poucet du groupe ?
Même si le Togo ne vient à la Can en favori, les Eperviers ne seront pas facile à abattre. Même s’il est actuellement sans club, Emmanuel Adébayor sera un élément à craindre. Le buteur Togolais voit en effet cette Can comme une opportunité pour faire déchanter ceux qui le rangent déjà dans le placard. Un plateau d’or pour taper dans les yeux des recruteurs. Il sera à coup sûr l’homme à suivre de très près dans ce nid d’Epervier. Pour le reste, c’est une équipe peu expérimentée qui repose sur l’expérience de son coach Claude Le Roy. Lequel préfère joueur la carte de la prudence face à la qualité des adversaires. «On ne va pas se raconter d’histoires, ceux qui racontent que le Togo va à la Can pour gagner le titre c’est un peu n’importe quoi. On n’y va pas pour apprendre, non plus. On y va pour jouer et pour poser des problèmes à nos adversaires mais en étant très lucides sur l’écart qui nous sépare aujourd’hui des équipes comme la Côte d’Ivoire, le Maroc et RD Congo », a-t-il confié aux médias locaux.

MO, avec J H K
Commentaires

Dans le dossier

Football/CAN 2017 au Gabon
Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 3839 du 14/1/2017

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie
Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment

Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment