Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Koffi Tougbo, candidat malheureux aux législatives : C’est à Divo sous-préfecture qu’il y a eu des fraudes et non à Divo commune
Publié le lundi 16 janvier 2017  |  Notre Voie
Comment


Le candidat malheureux aux législatives dans la circonscription électorale n° 125, comprenant Divo sous-préfecture, Chiépo, Didoko, Nébo et Ogoudou, n’est pas content de la décision du Conseil constitutionnel ordonnant la reprise des élections à Divo commune. «Les élections (législatives) n’avaient pas à être reprises dans la commune de Divo, parce qu’elles s’y sont bien déroulées et M. Famoussa Coulibaly les a régulièrement gagnées. Par conséquent, nous sommes étonné que leur reprise ait été décrétée», a confié Pr. Koffi Tougbo, vendredi, à Notre Voie, au cours d’un échange téléphonique.
Pour le professeur de Portugais à l’Université d’Abidjan Cocody, c’est dans la circonscription électorale n° 125 où il a été candidat qu’il fallait plutôt reprendre les élections législatives. Cette circonscription électorale, à l’en croire, a été l’objet de fraudes massives et d’achat de consciences des électeurs. «Des PV ont été falsifiés, des PV ont été sans stickers et des PV ont été sans signatures. Mais plus grave, tout le monde a vu M. Amédé Kouakou distribuer des valises d’argent nuitamment. C’est à Divo sous-préfecture que M. Amédé Kouakou a violé la loi en faisant des affiches de campagne à son effigie en compagnie des candidats contre nous alors qu’il n’était candidat à aucune élection à Divo sous-préfecture. Il y a eu des fraudes massives et des tricheries dans les campements. Tout cela a été l’objet de requêtes que nous avons déposées auprès du Conseil constitutionnel. Mais Alors que nous nous attendions à ce que cette institution invalide la victoire provisoire de la liste Rhdp pour nous l’attribuer, nous avons malheureusement assisté à la logique de deux poids deux mesures», a-t-il expliqué.
Ce que le candidat malheureux appelle, ici, la logique de deux poids deux mesures, c’est selon lui, cette erreur grave commise par le Conseil constitutionnel en décidant de faire reprendre les élections législatives à Divo commune et non à Divo sous-préfecture où il y a eu effectivement des problèmes. «La justice des vainqueur est le genre d’actes susceptibles d’engendrer des troubles et nous ne sommes pas étonné qu’à Divo commune, la population se soit indignée et révoltée pour crier son désaccord», a-t-il fait remarquer. Mais vite, a souligné Pr. Koffi Tougbo, quand la population s’est soulevée à Divo, nous avons immédiatement appelé au calme pour éviter que toute la région ne s’embrase. «La Côte d’Ivoire est un pays qui sort d’une longue crise, nous ne voulons plus de conflit. Nous voulons la paix et une justice impartiale. C’est injuste et malheureux qu’à Divo commune, les élections soient reprises et qu’à Divo sous-préfecture, elles ne le soient pas. Ce n’est pas normal», s’est-il indigné. Convaincu que le Conseil constitutionnel a jeté sa requête à la poubelle.

Robert KRASSAULT
ciurbaine@yahoo.fr
Commentaires


Comment