Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article
Sport

CAN 2017 / Maroc-CI, demain à 19 heures - Les Eléphants condamnés à gagner !
Publié le lundi 23 janvier 2017  |  Le Sursaut
CAN
© Abidjan.net par Atapointe
CAN 2017: Côte d`Ivoire- RD Congo
Oyem le 20 janvier 0217. Les Eléphants de Côte d`Ivoire affrontent pour leur 2eme match les Léopards du Congo.
Comment


Le champion en titre, la Côte d’Ivoire, pourrait faire ses adieux à la compétition en cas de faux pas contre le Maroc, demain mardi, dans le cadre de la 3e journée dans le groupe C.


Le scénario de 2017 est bien différent de 2015. En Guinée Equatoriale à la faveur de la 30e édition de la Can, à l’issue de la deuxième journée de poule, les quatre équipes qu’étaient la Côte d’Ivoire, le Cameroun, la Guinée et le Mali totalisaient chacune deux points. Une égalité parfaite qui présageait d’une troisième journée de feu. A l’arrivée, grâce à son hold-up parfait (1-0) devant le Cameroun, la Côte d’Ivoire accédait au second tour alors qu’il a fallu un tirage au sort entre la Guinée et le Mali pour désigner le second qualifié.
Cette année, dans la poule C, il y a un premier (RD Congo : 4 points), un deuxième (3 points). Ce qui condamne les Eléphants (troisième avec deux points) à barrir fortement face aux Lions de l’Atlas, ce mardi, pour arracher le ticket de la qualification. Maroc-Côte d’Ivoire reste donc une finale pour les Ivoiriens qui n’ont d’autres choix que de l’emporter. Michel Dussuyer devra, par conséquent, aligner une équipe compétitive, déterminée et solide en défense pour freiner les Marocains qui bénéficieront de l’apport, ô combien, significatif d’Hervé Renard ! L’ex-sélectionneur des Eléphants a remis le Maroc dans la course après le revers (1-0) face à la RD Congo, vendredi dernier, en dominant Claude Leroy et le Togo (3-1). C’est lui le danger pour la Côte d’Ivoire. Renard et ses joueurs peuvent jouer le nul comme ils l’ont fait en éliminatoires du Mondial 2018 devant la Côte d’Ivoire en 2016. Certes, le capitaine des Eléphants, Serey Dié Geoffroy, a galvanisé ses coéquipiers pour un sursaut d’orgueil, mardi, mais il faudra être vraiment costaud sur le terrain pour faire déjouer les Marocains. Dans l’autre match, la RD Congo aura besoin d’une victoire pour conserver sa place de leader du groupe. Toutefois, Florent Ibenge et ses poulains devront faire attention au Togo d’Emmanuel Adebayor qui n’est, mathématiquement, pas éliminé. Une victoire des Eperviers pourrait tout mélanger dans ce groupe C.


Annoncia SEHOUE

Légende : Les Eléphants ont dos au mur



Des journalistes sportifs parlent…

Aliou Goloko (journaliste sénégalais) :

« Le même scenario que la Can 2015 »

Tout reste possible. La Côte d’Ivoire a son destin en main. Elle doit impérativement gagner pour passer au second tour. C’est à peu près le même scénario que la Can 2015 où elle avait surclassé le Cameroun pour finir plus tard championne d’Afrique. Cela dit, ça va être un match très difficile avec un entraîneur adverse qui connait bien Les Eléphants et pourrait les faire déjouer.


Antoine Mahan (journaliste ivoirien) :

« Ils n’ont pas envie de retourner dans le froid »

Les Eléphants ont les arguments pour se qualifier. Ils ont les hommes pour le réussir. C’est vrai qu’ils ont entamé tout petitement la compétition mais l’équipe monte en puissance. Il n’est pas évident de remonter deux buts à la RD Congo. Les Eléphants ont leur destin en main et c’est à eux de prendre comme repère les 45 minutes de la seconde période contre la RD Congo pour véritablement lancer leur compétition. Je crois en la qualification des Eléphants. J’étais à leur hôtel, samedi, et je peux vous dire qu’ils ont tous envie d’aller loin dans cette compétition. Et pour rire, ils n’ont pas envie de retourner dans le froid en Europe actuellement.


Ouattara Gaoussou (journaliste ivoirien) :

« Je ne vois pas la Côte d’Ivoire au second tour »

Les Eléphants nous ont montré que les statistiques ne signifient rien après les deux nuls contre le Togo et la RD Congo. Donc il est très difficile de parier sur le dernier match. Ce que je sais par contre, c’est que le jeu ivoirien ne peut prendre à défaut un adversaire bien regroupé comme ça été le cas du Togo, ne peut tenir face à une équipe athlétique comme la RD Congo. Les transmissions sont si lentes au point de nous faire regretter la retraite de Yaya Touré. Le milieu ne garde pas le ballon et automatiquement tout le jeu se fait sur les côtés. Tous les bons entraineurs lisent facilement le système de Dussuyer. Maintenant, les Eléphants sont maîtres de leur destin. Ils savent que tout autre résultat qu’une victoire les élimine. Il leur revient de prendre conscience. On assistera donc à un combat tactique dans lequel je donne Renard favori. Les Éléphants pourront néanmoins compter sur la baraka du champion comme ça été le cas face aux Léopards avec le tir détourné. Mais de grâce qu’on ne me parle pas de 2015. Parce qu’en Guinée Équatoriale, toutes les équipes étaient à égalité après les deux premières journées. Une égalité parfaite. Or cette année, il y a un premier et un deuxième. Ce n’est pas identique. Si les Eléphants se présentent face au Maroc comme ils l’ont fait lors des matchs précédents, ils se résoudront à prendre l’avion dès le 25 janvier pour Abidjan. La pression est sur eux, il leur reviendra de faire le jeu. Ce dont pourrait profiter le Maroc pour faire mal. Dans le contenu du jeu, dans l’animation tactique, je ne vois pas la Côte d’Ivoire au second tour. A moins qu’ils me fassent mentir. Tout le mal que je leur souhaite d’ailleurs.


Recueillis par AS via les réseaux sociaux
Commentaires


Comment