Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Commission de la condition de la femme - La Ministre Mariatou Koné représente la Côte d’Ivoire.
Publié le lundi 30 janvier 2017  |  Ministères
Commission
© Ministères par DR
Commission de la condition de la femme - Réunion consultative des ministres africains en prélude à la 61 ème session.
La Côte d`Ivoire était présente les 26 et 27 janvier 2017 à Addis-Abeba en Ethiopie, avec une délégation conduite par la Ministre Mariatou Koné.
Comment


En prélude à la soixante et unième session de la commission de la condition de la femme (CSW) qui se tiendra au mois de mars à New York, les Ministres africains en charge du genre et de la femme ont pris part à une réunion consultative au siège de la commission économique pour l’Afrique sis à Addis-Abeba en Ethiopie sous le thème :
« Autonomisation économique des femmes dans un monde du travail en pleine évolution : défis et opportunités pour l’Afrique »
La Cote d’Ivoire était représentée à cette réunion par la Ministre de la femme, de la protection de l’enfant et de la solidarité.
Durant deux jours (26-27janvier 2016) Les Ministres ont abordé les questions relatives
à la condition et à l’autonomisation économique des femmes dans un monde du travail en pleine évolution.
La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence de plusieurs personnalités dont Madame PHUMZILE Mlambo-Ngcuka, directrice exécutive de ONU Femmes et Sous Secrétaire générale des nations unies, dont les nombreuses actions en faveur des femmes ont été reconnues et saluées par l’ensemble des intervenants.
Les allocutions des officiels ont meublé la première partie de cette cérémonie qui a réuni un peu plus de 300 personnes notamment les ministres, les partenaires au développement, les organisations de la société civile, les experts ainsi que les organisation féminines.
Tous les intervenants ont insisté sur la nécessité de lutter contre la discrimination faite aux femmes, la révision de leur statut, leur participation aux prises de décisions, la facilitation de leur accès aux crédits et au monde du travail.
La, présidente de la commission de l’union africaine, Madame ZUMA, a, par la voix de Madame Binta, spécialiste genre de l’Union Africaine, réitéré son engagement et son soutien pour la cause qui réunit les ministres. Elle a également salué les progrès réalisés et les innovations cependant elle a souhaité plus d’engagement pour lutter contre l’inegalité,le mariage forcé, les problèmes fonciers, les violences faites aux femmes et aux jeunes filles. Elle souhaite vivement l’implication de tous pour l’autonomisation de la femme.
La cérémonie a été suivie de plusieurs sessions et travaux de groupe qui ont permis aux différents experts et ministres d’échanger, de faire un partage d’expériences et de réfléchir sur les questions essentielles relatives au thème.
De manière spécifique, ces sessions ont porté sur la compréhension de la condition féminine et les attentes vis a vis des Etats, la présentation d’un document de consultation sur les principales questions relatives au thème ,l’analyse des questions clés afin de ressortir les défis majeurs, les difficultés rencontrées et les résultats obtenus dans la mise en œuvre des objectifs du millénaire pour le développement en faveur des femmes et des filles, l’élaboration d’une stratégie et d’un consensus pour l’initiative « un continent, une voix » lors de la CSW à New york en mars 2017 ainsi que l’adoption des messages clés de l’Afrique pour cette rencontre internationale.
La Ministre Mariatou KONE a saisi cette opportunité pour parler des avancées au niveau politique mais également des défis au niveau des investissements et des comportements
Elle a relevé les actions de grande envergure réalisées par la Côte d’Ivoire sous la houlette du président de la république son Excellence M. Alassane OUATTARA, notamment l’inscription de la parité dans la nouvelle constitution, la création d’un fonds d’appui aux femmes par la première dame de Côte d’ivoire, l’école obligatoire pour tous.
Elle a également lancé un appel à l’endroit du secteur privé pour une forte contribution en vue de l’autonomisation économique des femmes.
Un petit déjeuner de travail des ministres en charge du genre et de la femme ainsi que ceux des affaires étrangères des pays africains, offert par la Directrice exécutive de ONU Femmes a ouvert les travaux de la deuxième journée .
Cette rencontre avait pour objectif d’impliquer les représentations diplomatiques des pays africains à New York dans le but de faire un plaidoyer pour l’adoption au CSW 61, des résolutions qui seront arrêtées par les ministres au cours de la réunion consultative d’Addis-Abeba.
La cérémonie de clôture de la réunion consultative a eu lieu en fin de journée, après analyse et adoption des principaux messages et stratégies qui seront soumis à New York.
La commission de la condition féminine (CSW) est une commission fonctionnelle du conseil économique et social (résolution 11).il s’agit du principal organe intergouvernemental à l’échelle mondiale dédié exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et a l’autonomisation des femmes. Chaque session annuelle de la CSW se consacre à un thème spécifique pertinent au regard des questions structurelles et émergentes relatives au genre et a la condition féminine dans le monde.
Conformément à son programme de travail multi annuel (2017-2020), la soixante et unième session de la commission de la condition féminine qui se tiendra en mars 2017, aura pour thème prioritaire « l’autonomisation économique des femmes dans un monde du travail en pleine évolution «. La commission examinera ces questions dans le cadre de la déclaration universelle des droits de l’homme ,du pacte international relatif aux droits économiques ,sociaux et culturels ,de la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, de la déclaration de Beijing et de sa plateforme d’actions ,des conventions pertinentes de l’organisation mondiale du travail ,notamment la convention 189 sur le travail décent pour les travailleuses et travailleurs domestiques et la convention 156 sur l’égalité des chances et de traitement pour les travailleurs des deux sexes et du programme de développement durable à l’horizon 2030.
Forte de son expérience positive dans la coordination d’une position africaine en vue des 57e, 58e, 59e et 60e sessions mondiales de la CSW, ONU Femmes, en partenariat avec la Commission de l’Union Africaine et la Commission économique pour l’Afrique a proposé d’organiser ladite réunion consultative des ministres africains en prélude à la CSW 61 .L’évènement a eu lieu en marge du 9e pré sommet sur le genre organisé par la Commission de l’Union Africaine du 22 au 27 janvier 2017.

XEF MFPES


Commentaires


Comment