Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Le SYNAP-CI lève son mot d’ordre de grève et présente ses excuses au gouvernement
Publié le vendredi 17 fevrier 2017  |  AIP
JNCC
© Présidence par DR
JNCC 2015: le Président de la République SEM Alassane Ouattara, visite le stand du CNS
Jeudi 1er octobre 2015. Fondation Félix Houphouët Boigny de Yamoussoukro. Le Président de la République de Côte d’Ivoire, SEM. Alassane Ouattara a présidé, la cérémonie d’ouverture de la 2ème  édition des Journées Nationales du Cacao et du Chocolat (JNCC 2015), Dans ce cadre, le Chef de l’Etat a visité, le stand du Comité National de Surveillance des Actions de lutte contre le Travail, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS) présidé par la Première Dame Dominique Ouattara.
Comment


Abidjan – L’intersyndicale des producteurs agricoles pour le progrès en Côte d’Ivoire (SYNAP-CI) a annoncé, vendredi, la levée de son mot d’ordre de grève pour « donner une chance aux discussions d’aboutir ».

« Hier, nous avons mis en exécution le mot d’ordre de grève que nous avons lancé depuis mercredi mais les dirigeants de la filière nous ont appelé pour échanger sur la question. Au terme de cette rencontre, nous nous sommes accordé pour laisser une chance aux discussions d’aboutir afin de sauver ensemble notre filière. Nous levons à compter de ce jour, le préavis de grève », a déclaré le porte-parole du syndicat, N’Zi Yao Dinar, à l’occasion d’un point de presse.

Selon le porte-parole du syndicat, ce mécontentement est le signe de désinformation sur les vrais problèmes du cacao dans le monde, « ce n’est pas seulement en Côte d’Ivoire mais partout », a-t-il insisté. « Nous présentons nos excuses au président de la République et à nos dirigeants de la filière qui se battent pour trouver une solution définitive à ce problème », a-t-il indiqué.

Les producteurs réclamaient, selon N’Zi Yao Dinar, un « nouveau mode de paiement des produits », une « évacuation rapide des produits stockés depuis des mois au port », le « maintien du prix bord champs (à 1100 FCFA) » et des « éclaircissements à propos des camions de cacao stockés au port».

Depuis la mi-décembre, les producteurs et sociétés coopératives de la filière cacao sont confrontés à un problème d’évacuation de leurs stocks. Cependant, depuis mi-janvier, les acteurs de la filière s’attèlent à résorber le problème en affrétant des bateaux de grande capacité pour transporter l’importante quantité de production de cacao qui s’est accumulée dans les ports d’Abidjan et de San Pedro, rappelle-t-on.

sgb/fmo
Commentaires


Comment