Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

La problématique du financement des petits exploitants agricoles au centre d’un atelier conjoint CGAP-Banque mondiale-Ministère de l’Economie et des Finances
Publié le mercredi 15 mars 2017  |  Abidjan.net
L’inclusion
© Abidjan.net par Atapointe
L’inclusion financière des petits exploitants agricoles au centre d’un atelier à Abidjan
Abidjan le 14 mars 2017. Le Groupe de la banque Mondiale en collaboration avec CGAP et le ministre de l’économie et des finances a organisé un atelier de restitution des études réalisées sur la problématique de l’inclusion financière des petits exploitants agricoles et des instruments de soutien à la finance agricole. Photo: Corine Riquet Bamba, représentante régionale CGAP.
Comment


Un Atelier de restitution des études réalisées sur la problématique de l’inclusion financière des petits exploitants agricoles et des instruments de soutien à la finance agricole, à l’initiative du Groupe Consultatif d’assistance aux Pauvres (CGAP) représenté par Corinne Riquet-Bamba et en partenariat avec la Banque Mondiale et le Ministère de l’Economie et des Finances, s’est ouvert mardi à Abidjan.

Il ressort de cet Atelier que l’accès aux services financiers pour les producteurs et PME agricoles reste limité en dépit du fait que l’Agriculture occupe une place importante dans l’économie ivoirienne, employant 66% de la population active et contribuant pour 22% au Produit intérieur brut (PIB). Elle génère par ailleurs 55% des recettes d’exportation.

Selon les résultats de cette étude diligentée par le CGAP en 2016, qui a concerné 3019 ménages sur l’ensemble du territoire national, uniquement 29% des petits exploitants agricoles disposent d’un compte en leur nom auprès d’un prestataire de services financiers formels. Quand seulement 27% d’entre ces petits exploitants disposent d’un compte mobile money et 5% d’un compte dans une banque et également 5% dans une institution de microfinance ou à la poste.

Trois grandes contraintes à l’accès au financement agricole ont été relevées lors du diagnostic indique Rachel Sberro-Kseller, Spécialiste du Secteur Financier à la Banque Mondiale : Les risques associés à la finance agricole sont élevés, et ne peuvent pas être gérés à travers les garanties foncières ; Certaines institutions de microfinance ne sont pas viables et les marges associées à la finance agricole sont trop faibles ; La plupart des coopératives agricoles ont des difficultés de gestion et de gouvernance et peu d’informations sont disponibles sur ces coopératives et leurs producteurs. L’étude recommande au Gouvernement ivoirien de renforcer son dispositif à travers l’élaboration d’un plan d’action global pour soutenir la finance agricole.
Pour relever le défi de l’inclusion financière des petits exploitants agricoles en Côte d’Ivoire, Corinne Riquet-Bamba, Représentante Régionale du CGAP, souligne que des indicateurs positifs d’un état de préparation à l’utilisation du canal numérique existent chez les familles de petits exploitants agricoles en Côte d’Ivoire. Outre le fait d’avoir un large accès aux téléphones mobiles (86%), beaucoup disposent d’une forme acceptable de document d’identification pour ouvrir un compte, et savent comment envoyer un SMS. 27 % disposent déjà d’un compte de mobile money. Les services de mobile money ont ainsi le potentiel de favoriser l’accroissement de l’inclusion financière avec une meilleure infrastructure, un accès accru à l’information et la nécessité de concevoir et de développer un ensemble de produits répondant aux besoins de ces exploitants.

Edmond Coulibaly, Conseiller Technique du Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, a indiqué que le Gouvernement a mis en place un ensemble de mécanismes devant permettre aux petits agriculteurs d’avoir accès au crédit. Il note toutefois que des actions plus importantes doivent être mises en œuvre pour rendre effectif l’accès au crédit aux petits exploitants.

L’enquête nationale réalisée par le CGAP a été conduite par InterMédia avec l’appui de l’Institut National de la Statistique de Côte d’Ivoire pour la détermination de l’échantillon.
L’accompagnement de la Banque Mondiale pour ce diagnostic et plan d’action pour le financement agricole s’inscrit dans le cadre du Support au Programme D’inclusion Financière (FISF).

Atapointe
Commentaires


Comment