Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Conférence internationale sur l’émergence de l’Afrique : L’émergence de l’Afrique est possible, voici les conditions
Publié le mercredi 29 mars 2017  |  Politik Afrique
CIEA
© Abidjan.net par Marc-Innocent
CIEA 2017: la deuxième édition de la conférence ouverte par le Président Ouattara
Abidjan le 28 Mars 2017. La 2éme édition de la Conférence Internationale sur l’Emergence de l’Afrique (CIEA) s’est ouverte à Abidjan en présence de plusieurs personnalités parmi lesquelles les Chefs d’Etat du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, Sénégal, Macky Sall, de la Guinée Alpha Condé, de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, Helen Clark, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et Akinwumi Adesina, président de la Banque Africaine de Développement (BAD).
Comment


« La mise en œuvre des plans d’émergence » est le thème de la conférence internationale sur l’émergence internationale de l’Afrique (CIEA) qui s’est ouverte ce 28 mars et ce jusqu’au 30 mars à Abidjan.

« Se rencontrer, échanger et partager nos expériences. Tel est l’objectif de la conférence internationale sur l’émergence de l’Afrique » a indiqué Kaba Nialé, ministre du plan et du développement de Côte d’Ivoire, qui a planté le décor lors de la cérémonie d’ouverture du CIEA. Cette rencontre est conçue comme une plateforme d’échanges pour animer le débat sur les conditions de l’émergence des pays africains.

L’Afrique est aujourd’hui considérée comme la nouvelle frontière du développement. Les Etats africains qui ont pris conscience de cette opportunité ont décidé de prendre leur destin en main afin d’assurer le bien-être des populations. Ce qui a suscité à travers le continent l’élaboration des plans d’émergence par plusieurs Etats.
Comment faire émerger ces pays africains alors que l’épargne est faible et les ressources financières rares ? Les chefs d’Etats et présidents d’institutions se sont exprimés sur ces problématiques de développement.

Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD), est optimiste car l’Afrique a relevé la tête.

« 12 pays ont connu une croissance de 5% et 20 pays ont atteint au moins 3% de taux de croissance ». Cependant, il a réintégré les 5 priorités qui pourraient aider l’Afrique à aller de l’avant pour les 10 années à venir en Afrique. Il s’agit notamment de mettre l’accent sur l’amélioration de la qualité de vie des africains, l’énergie, l’agriculture, l’emploi des jeunes et l’intégration en Afrique.

Macky Sall Président du Sénégal, estime que malgré les multiples défis, « notre continent est sur la bonne voie ». Il a indiqué que la croissance de son pays est passée de 4,6 % en 2014 à 6,6% en 2016 et s’attend à atteindre 6,8 % en 2017 ce qui va les rapprocher de l’objectif 7% l’an. Il précise que la marche de l’émergence requiert une bonne cadence et surtout de la persévérance. « Ce sont aussi des habitudes à remettre en cause, des pratiques quasi dogmatiques à changer et de nouvelles attitudes à adopter. » Il a invité les africains à avoir confiance en leurs potentialités et apprendre des expériences respectives.
... suite de l'article sur Politik Afrique

Commentaires


Comment