Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Santé
Article
Santé

Réduction de la mortalité maternelle: Un projet de formation en planification familiale lancé dans les UFR/SMA et à l’INFAS
Publié le samedi 1 avril 2017  |  Le Quotidien d’Abidjan
Comment


« Amélioration de la formation en planification familiale (PF) dans les écoles de santé de base pour la vulgarisation des méthodes contraceptives ». Tel est le projet que vient de lancer la société de gynécologie et d’obstétrique de Côte d’Ivoire (SOGOCI). La cérémonie de lancement a eu lieu le mercredi 29 mars dernier à l’amphi Djedjé André de la faculté de médecine d’Abidjan. A cette occasion, le professeur Anongba Simplice, président de la SOGOCI a déclaré que ce projet permettra de contribuer à la maitrise de la fécondité, de diminuer les besoins non satisfaits en planification familiale et de réduire ainsi le taux élévé de mortalité maternelle. Pour sa part, Eliane Maryline Dogoré, directrice pays de ’’Engender Health /Agirpf’’, a expliqué que la formation en planification familiale dans les écoles de santé de base et les UFR/SMA, aura pour effet d’améliorer considérablement la santé des mères et des enfants et permettra ainsi de réduire d’un tiers le taux de mortalité maternelle et infantile. C’est pourquoi, elle a qualifié de ’’révolutionnaire’’, cette approche de vulgarisation des méthodes contraceptives. Quant à M. Dagnan N’Cho Simplice, directeur général de la santé représentant, Mme Raymonde Goudou Coffie, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, il a réaffirmé le soutien du gouvernement à la SOGOCI, à travers ce projet. En outre, il a annoncé que : « 2017 est l’année de la réduction de la mortalité maternelle néonatale et infantile ». Notons que la Société de gynécologie et obstétrique de Côte d’Ivoire rassemble à son sein, des gynécologues et des obstétriciens, des sages-femmes et d’autres membres affiliés. La SOGOCI a pour mission entre autres de créer un cadre d’échange d’expériences dans la prise en charge de la mère et de l’enfant, de promouvoir la formation médicale continue (FMC), d’organiser des réunions de consensus, et d’élaborer des recommandations adaptées aux conditions d’exercice médical des gynécologues-obstétriciens et des sages-femmes en Côte d’Ivoire.

Jean Yves Bitty
Commentaires


Comment