Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire/ Un comité communal de lutte contre le racket installé à Agou (Adzopé)
Publié le vendredi 7 avril 2017  |  AIP
Comment


Adzopé – Un comité communal de lutte contre le racket est installé à Agou, à une dizaine de kilomètres d’Adzopé (Est, région de La Mé).

Composé d’une vingtaine de membres issus de différentes corporations, ce comité installé, mercredi, par l’inspecteur général des Services de police Dja Blé Joseph, est présidé par le maire de la commune d’Agou, Yapi Yapo Laurent.

Selon le directeur général de la Décentralisation et du Développement local, point focal du Millenium challenge corporation (MCC) au ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le comité communal de la lutte contre le racket vise à sensibiliser et à éduquer les populations locales sur leur responsabilisation sur le contrôle de la corruption, les libertés civiles, la liberté d’information, les droits politiques, l’efficacité gouvernementale et l’état de droit, des indicateurs MCC de bonne gouvernance.

La présidente de l’organisation pour la bonne gouvernance (OGP), Angoua Ehouman Chantal, a invité les membres à prendre le comité « à bras le corps », afin que la localité d’Agou soit le fer de lance dans la lutte contre le racket en Côte d’Ivoire.

Au nom du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, l’inspecteur général Dja Blé Joseph a demandé au comité communal de lutte contre le racket d’œuvrer pour la réussite de sa mission qui, selon lui, est une réforme majeure dans le processus de la bonne gouvernance en Côte d’Ivoire.

Le maire d’Agou, président du comité, a souligné l’importance de cet outil qui permettra de mettre fin au racket qui, selon lui, constitue un frein au développement de la nation.

Yapi Yapo Laurent a donc pris l’engagement de faire en sorte que la mission à leur confiée soit une réussite.

Le représentant du ministre d’Etat Hamed Bakayoko a remis, de façon symbolique, à ses collaborateurs, un « ordre de mission » sans lequel ils ne pourront désormais être de service.

(AIP)

ibt/kkf/kp
Commentaires


Comment