Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Procès des disparus du Novotel : à l’approche du verdict, la défense prend la parole
Publié le jeudi 13 avril 2017  |  Jeune Afrique
Procès
© AFP par ISSOUF SANOGO
Procès des « disparus du Novotel »
Mardi 21 février 2017. Les premières auditions des prévenus ont débuté
Comment


La parole était ce mercredi à la défense, après le réquisitoire du procureur général, qui a préconisé cinq peines de "prison à vie" à l’encontre des principaux accusés, jugés pour le rapt et les meurtres de quatre expatriés au Novotel d’Abidjan en 2011. Le verdict pourrait être rendu jeudi.

C’était au tour de la défense de se faire entendre ce mercredi 12 avril au tribunal de Yopougon. Dans le box qui leur était réservé, quatre avocats se sont tour à tour levés pour demander la clémence ou l’acquittement pour leurs clients : l’ex-commissaire de police Osée Loguey, Henri Joël Guéhi Bléka, Max Landry Yoro Tapéko, Félix Houphouët Koffi, et Joseph Séry.

Si le procureur a requis la veille l’acquittement des deux derniers, il a revanche préconisé la prison à vie pour l’ancien commissaire ainsi que pour Henri Joël Guéhi Bléka et requis dix ans de prison à l’encontre de l’ancien milicien Max Landry Yoro Tapéko pour les faits d’arrestation illégale.

« L’hypothèse des hélicoptères ne doit pas écartée »

Max Landry Yoro Tapéko « a reconnu sans difficulté sa participation […] Il faut que vous lui reconnaissiez des circonstances atténuantes », a plaidé son avocat.

Lors du procès, débuté le 21 février, l’ancien milicien avait exprimé ses regrets et présenté ses excuses après avoir reconnu sa présence lors du rapt du 4 avril. Ce jour-là, au plus fort de la crise post-électorale, un commando avait fait irruption au Novotel d’Abidjan, enlevant quatre expatriés : Stéphane Frantz Di Rippel, alors directeur de l’hôtel, Yves Lambelin, directeur général du géant ivoirien Sifca, et ses collaborateurs Raoul Adeossi, un Béninois, et Chelliah Pandian, un Malaisien.

Selon l’enquête, les quatre hommes avaient été emmenés au palais présidentiel, où ils avaient été torturés puis tués. Plus de six ans après les faits, seuls les restes d’Yves Lambelin, retrouvés dans la lagune Ébrié, ont à ce jour été identifiés.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires


Comment