Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

International

La lettre du prisonnier, leader et parlementaire palestinien Marwan Barghouthi adressée à ses collègues parlementaires du monde à propos de la grève de la faim « Liberté et Dignité »
Publié le jeudi 27 avril 2017  |  Ambassade
Leader
© Autre presse par DR
Leader et parlementaire palestinien Marwan Barghouthi
Comment


Chers collègues parlementaires,

Si vous recevez cette lettre, cela signifie qu’Israël a choisi de poursuivre la voie de la punition collective interdite contre les prisonniers palestiniens et l’incitation ; plutôt que de répondre à leurs revendications légitimes. Cela signifie aussi que j’ai été placé encore une fois en confinement solitaire avec mes collègues. Mais nous ne serons pas silencieux et nous ne rendrons pas.
La grève de la faim est un moyen légitime et pacifique pour s’opposer aux violations de nos droits humains fondamentaux en tant que prisonniers, comme le garantit la loi international. Les prisonniers palestiniens peuvent être à la merci de la puissance occupante, et c’est pourquoi ils sont protégés par le droit international humanitaire, mais ils ne sont pas impuissants. Nous avons eu recours à cette grève de la faim après des mois d’efforts pour répondre à nos revendications légitimes. Ces demandes sont liées à l’arrestation arbitraire massive des palestiniens, à la torture et aux mauvais traitements, aux mesures punitives contre les prisonniers, à la négligence médicale, aux visites familiales et aux contacts avec nos proches, et à l’éducation. Tout cela notamment fait partie des droits de l’Homme.

Chers collègues, cher(e)s ami(e)s,

Je salue votre solidarité avec vos collègues palestiniens emprisonnés et le solide soutien des parlements du monde entier pour les droits du peuple palestinien, y compris leurs droits à l’autodétermination, et à la fin de l’occupation et à la réalisation d’une paix juste et durable basée sur la loi internationale.

J’ai été le premier parlementaire à être arrêté en 2002. Depuis lors, Israël a arrêté 70 parlementaires, plus de la moitié du Conseil des législateurs palestiniens. 13 restent emprisonnés. C’est une humiliation envers les parlementaires et envers les droits de l’homme partout dans le monde. C’est une humiliation à la liberté et à la justice, et il faut y répondre.
Le destin des parlementaires palestiniens est le reflet du sort des personnes qu’ils représentent. En 50 ans, Israël, la puissance occupante, a arrêté des centaines de milliers de Palestiniens, l’équivalent de 40% de la population masculine dans le territoire palestinien occupé, 6500 languissent dans les prisons d’Israël aujourd’hui. Pour Israël, nous sommes tous coupables d’avoir désiré la liberté, d’être affamés de la liberté, que nous nous efforçons et sacrifions pour la liberté.
Les lois israéliennes autorisent le colonialisme, la discrimination fondée sur la punition collective et l’apartheid. Les personnes qui votent en faveur de ces lois ne devraient-elles pas être tenues responsables? Certains parlementaires israéliens ont soutenu notre arrestation. Ils sont assis parmi vous, alors que nous ne le pouvons pas.

En ce qui concerne les tribunaux israéliens, ils font partie intégrante de cette occupation coloniale et militaire qui vise à annexer nos terres et à déplacer et remplacer davantage notre peuple. Les tribunaux militaires israéliens ont un taux de condamnation pour les Palestiniens qui a varié ces dernières années entre 90 et 99 pour cent! Je le répète: il s’agit d’un apartheid judiciaire par lequel l’existence et la résistance palestiniennes sont criminalisées, tandis que les Israéliens qui commettent des crimes contre les Palestiniens jouissent de l’impunité.

J’ai été condamné par l’un de ces tribunaux illégitimes. J’ai refusé de reconnaître le tribunal, encore plus en tant que le représentant élu des personnes occupées. J’ai été condamné à 5 condamnations à perpétuité et 40 ans par les tribunaux de la puissance occupante pour crime de terrorisme, ceci a été dénoncé à l’unanimité par les observateurs internationaux en tant que procès d’épreuve politique. Aucun pays sur terre n’a accepté ce verdict. Cela a été le sort des leaders des mouvements de libération dans le monde et à travers l’histoire. Le procès de Rivonia qui a condamné Mandela à une condamnation à perpétuité ne l’a pas délimité, ni sa lutte, il a juste délimité le régime de l’apartheid qui l’a poursuivi.

C’est pourquoi le compagnon de Nelson Mandela et l’icône anti-apartheid Ahmed Kathrada ont lancé la campagne internationale « Libérez Marwan Bargouthi et tous les prisonniers palestiniens », alors qu’il avait lancé la campagne « Free Mandela » avant de passer 26 ans dans les prisons de l’apartheid lui-même. C’est pourquoi il l’a fait de la cellule de Nelson Mandela sur « Robben Island ». C’est pourquoi 8 lauréats du prix Nobel de la paix, 120 gouvernements et des centaines de parlementaires m’ont désigné pour le prix Nobel comme une expression de soutien à la lutte du peuple palestinien pour la liberté.

Les prisonniers palestiniens ont toujours subi des injustices et des violations de leurs droits. Mais ces dernières années, les autorités d’occupation israéliennes nous ont même privés de droits acquis par grâce à des grèves de la faim antérieures. L’escalade des mesures punitives et inhumaines contre les prisonniers et leurs proches n’a pas pu rester sans réponse. Nous avons décidé de faire une grève de la faim parce que nous n’avions aucun autre choix. Les Palestiniens souffrent et sacrifient pour pouvoir jouir des droits auxquels ils ont droit et sont encore privés. Les prisonniers palestiniens ne font pas exception.

Nous avons appelé cette grève de la faim «Liberté et dignité». Ce sont des mots qui résonnent profondément dans les cœurs de notre nation qui a lutté pendant 70 ans pour leur réalisation. Mais aussi des mots qui résonnent dans le monde, et à travers l’histoire universelle, et la lutte contre toutes les formes d’oppression et de servitude. Les valeurs qui sont au cœur de l’humanité et indispensables pour la réalisation de la paix. Il n’y a pas de paix possible entre l’oppresseur et les opprimés, car l’oppression et la paix sont ne se rencontrent pas. Il n’y a pas de paix entre le prisonnier et le geôlier. La liberté est le chemin de la paix.

Je vous appelle à parler au nom de ceux qu’Israël essaye de faire taire. Je vous invite à défendre ceux qui sont jetés dans des cellules sombres pour être oubliés. Je vous conseille de soutenir les revendications légitimes du mouvement des prisonniers palestiniens et de respecter les lois internationales. Je vous invite à soutenir la liberté et la dignité du peuple palestinien, afin que la paix puisse prévaloir.

Certains peuvent croire que c’est la fin de l’histoire, et que je périrai ici en confinement solitaire. Mais je sans que même sans cette solitude forcée, nous ne sommes pas seuls. Je sais que des millions de Palestiniens et beaucoup d’autres partout dans le monde se tiennent avec nous. Nous allons tous nous rencontrer bientôt en liberté.
Commentaires


Comment