Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Célébration de la fête du Travail : Ouattara appelle à une trêve sociale et promet se pencher sur les attentes des travailleurs
Publié le lundi 1 mai 2017  |  Abidjan.net
Célébration
© Abidjan.net par Marc-Innoncent
Célébration du 1er Mai: les travailleurs à l`honneur à la Présidence de la République
Abidjan le 1er Mai 2017. La fête du Travail a été célébrée sur l`esplanade de la Présidence de la République en présence du Président Ouattara (photo), du Vice-Président Duncan, des membres du gouvernement et de toutes les centrales syndicales ivoiriennes.
Comment


A l’instar des travailleurs du monde entier, ceux de la Côte d’Ivoire ont célébré ce lundi 1er Mai la fête du travail. Les festivités officielles ont eu lieu au Palais de la présidence, en présence du Chef de l’Etat, Alassane Ouattara.

En réponse au chapelet de doléances et revendications des travailleurs égrené par les différents responsables des centrales syndicales par, Le président ivoirien Alassane Ouattara a appelé à une trêve sociale, après qu’il a indiqué avoir été « peiné et meurtri par la forme inédite des manifestations sociales » de début d’année.

« J’approuve totalement l’appel du gouvernement à une trêve sociale d’ici la fin du mois de juillet », a dit Alassane Ouattara. Précisant que « cela n’est en rien un renoncement ni une faiblesse du gouvernement et des partenaires sociaux ». Mais que cela est nécessaire au regard du contexte économique actuel marqué par un ralentissement dû à la baisse des cours du cacao sur le marché international ainsi que les manifestations sociales du début d’année.

Selon Alassane Ouattara, cette situation a occasionné de la part du Gouvernement une révision du budget de l’Etat. Il a donc invité les uns et les autres à faire preuve de compréhension et à se mettre résolument au travail afin de préserver et consolider les acquis obtenus en six ans grâce aux efforts de tous. « Merci pour votre contribution significative au développement de la Côte d’Ivoire. Nous vous devons le redressement de la Côte d’Ivoire depuis 2011 », a-t-il lancé aux travailleurs qui ont effectué nombreux le déplacement au Palais de la présidence.

Poursuivant, Alassane Ouattara a affirmé « qu’aucune revendication quelle quelle soit ne doit remettre en cause la marche de la Côte d’Ivoire ». Expliquant que tous les acquis obtenus depuis 2011, l’ont été grâce à un environnement marqué par « la quiétude sociale ». Dans un langage qu’il a lui-même dit vouloir franc et direct, le président ivoirien a qualifié de « difficile » la question relative au règlement des stocks des arriérés portant sur la somme de 249 milliards de F CFA . Toutefois, il a indiqué que les discussions se poursuivront entre le Gouvernement et les Travailleurs pour situer les responsabilités et parvenir à une solution idoine.

Sur les autres questions en rapport avec l’amélioration des conditions de travail et de vie des fonctionnaires entendues tout au long des différents discours des responsables syndicaux, Alassane Ouattara a répondu être attentif à toutes ces préoccupations. « Je demeure engagé et déterminé à apporter des solutions aux problèmes que vous avez posés. Je comprends que vos attentes sont nombreuses, mais nous devons travailler main dans la main. Je serai toujours attentif à vos préoccupations », a-t-il dit.

Pour montrer son engagement à œuvrer à l’amélioration des conditions de vie des Ivoiriens en général, Alassane Ouattara a évoqué toutes les actions réalisées depuis 2011 qui ont porté notamment sur le déblocage et la revalorisation salariale, la construction de salles de classes, l’électrification de plusieurs localités et bien d’autres actions.
« La paix sociale et la marche sur la voie du développement de notre pays sont inexorables. Nous devons tourner la page des malentendus et ouvrir celle de la cohésion, de l’entente et de la paix. Parce qu’en définitive nous sommes des frères », a conclu Alassane Ouattara.


Elisée B.
Commentaires


Comment