Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Discours de Madame la Ministre du Plan et du Développement lors du lancement de la mise en œuvre de la réforme "unis dans l’action" du système des nations unies en Côte d’Ivoire
Publié le lundi 8 mai 2017  |  Ministères
Atelier
© Ministères
Atelier de lancement de la Réforme "Unis dans l`action" en Côte d`Ivoire
Lundi 08 mai 2017. Abidjan. Mme Kaba Nialé, ministre du plan et du développement a présidé l`atelier de la réforme "unis dans l`action " en Côte d`Ivoire.
Comment


- Mesdames et Messieurs les Ministres ;
- Honorables Parlementaires ;
- Mesdames et Messieurs les Représentants des Institutions de la République ;
- Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux, Directeurs centraux et Conseillers techniques ;
- Mesdames et Messieurs les Représentants de la Société civile et du Secteur privé ;
- Monsieur le Coordonnateur Résident des Activités Opérationnelles du Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire ;
- Mesdames et Messieurs les Chefs d’Agences du Système des Nations Unies ;
- Mesdames, Messieurs de la presse ;
- Mesdames et Messieurs, en vos rangs, grades et qualités ;
- Distingués invités ;

C’est pour moi un réel plaisir de prendre la parole cet après midi, à l’occasion de cette importante rencontre consacrée au lancement officiel de la mise en œuvre de la réforme "Unis dans l’action" et à la signature du Cadre Programmatique Unique (CPU) qui définit les priorités stratégiques du Système des Nations Unies pour la période 2017-2020.

Avant tout propos, permettez-moi de saluer cette initiative, car la réforme dont il est question aujourd’hui, nous l’avons souhaitée et appelée de tous nos vœux depuis des années.

Je voudrais également saluer la présence à mes côtés de mes collègues Ministres, qui témoigne, si besoin était de l’importance que le Gouvernement accorde à la présente cérémonie.

Qu’il me soit aussi permis de saluer la présence massive et distinguée de toutes les parties prenantes, qui est une manifestation évidente de votre ferme volonté à embarquer dans le train de la grande réforme des Nations Unies.
Cette importante rencontre me parait indiquée pour traduire les remerciements et les félicitations de S.E.M Alassane OUATTARA et du Gouvernement au Système des Nations Unies, pour son accompagnement constant à la Côte d’Ivoire dans sa politique de développement, à travers ses interventions multiformes.

Monsieur le Coordonnateur Résident des activités opérationnelles du Système des Nations Unies, je vous salue, pour la détermination remarquable et votre leadership dont vous faites preuve dans la conduite de cette réforme qui va contribuer à renforcer la marche du pays sur la trajectoire de l’émergence en consolidant les acquis de la cohésion sociale et en rendant la croissance plus inclusive.

Je voudrais saisir cette opportunité pour saluer votre leadership, votre grande contribution, ainsi que celle du Bureau Régional Afrique du PNUD et l’ensemble des équipes, au succès de la Conférence Internationale sur l’émergence de l’Afrique (CIEA) des 28, 29 et 30 mars 2017 derniers qui a fait de la Côte d’Ivoire, le laboratoire de l’émergence de l’Afrique.

Je voudrais rappeler aux bons souvenirs de cette auguste assemblée, qu’après la signature en 2008 du Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au développement pour la période 2009-2013, le Systèmes des Nations Unies a fait preuve d’une grande souplesse en procédant le 02 Août 2013 à la révision de l’UNDAF et à son alignement sur le Plan National de Développement (PND 2012-2015). Recevez conséquemment l’expression de notre infinie gratitude.

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,
Je voudrais saisir cette occasion pour réaffirmer l’engagement du Gouvernement dans la mise en œuvre de la réforme des Nations Unies en Côte d’Ivoire initiée suivant l’approche « Unie dans l’Action ».

Comme vous le savez, la Côte d’Ivoire a pris l’engagement en 2014 de mettre en œuvre cette réforme sur la base des résultats d’une étude réalisée en 2013 qui démontrait des gains significatifs pour le pays et le système des Nations Unies.

C’est ainsi que nous avons procédé, en ces lieux, le 10 Mai 2016, à la validation technique d’un Plan cadre de coopération des Nations Unies, dénommé « Cadre Programmatique Unique du Système des Nations Unies », 2017-2020 fondé sur les principes de cette réforme. En effet, sa mise en œuvre se fera dans le respect des principes de la réforme des Nations Unies, en particulier ceux portant sur la cohérence et l’efficacité du Système des Nations Unies.

Il est heureux de noter que le Cadre Programmatique Unique (CPU) est le fruit de la conjugaison des efforts de l’ensemble des acteurs nationaux: Ministères Techniques, Collectivités Locales, Société Civile, Secteur Privé et Partenaires au Développement, en somme l’ensemble de la communauté nationale. Toutes ces actions menées de manière synergique permettront, j’en suis convaincue, de répondre de manière unifiée, efficace et mieux coordonnée les priorités nationales afin d’atteindre les objectifs définis dans le PND 2016-2020.

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,
Comme vous le savez tous, dans l’optique de réaliser son ambition de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020, le Gouvernement a élaboré le Plan National de Développement (PND) 2012-2015, dont la mise en œuvre satisfaisante a permis de réaliser sur cette période, un taux de croissance annuel moyen de 9%, soutenu notamment par une forte impulsion de l’investissement public et privé.

Ainsi, le second plan, le PND 2016-2020, qui s’aligne sur les Objectifs de Développement Durable (ODD) devrait consolider cette dynamique et permettre d’accélérer la diversification et la transformation de l’économie, ainsi qu’une meilleure répartition des fruits de la croissance, afin de réduire de façon substantielle la pauvreté.

Dans le cadre de la mise en œuvre de ce plan, le Gouvernement s’attend à ce que l’ensemble de ses Partenaires, dans une synergie d’actions, l’accompagnent dans sa quête de croissance durable et inclusive, mais aussi de bien-être des populations.

A cet égard, le Gouvernement attache du prix à l’amélioration de l’espace budgétaire de notre pays à travers, notamment, l’optimisation de la collecte des ressources fiscales, l’amélioration de nos interventions sur le marché monétaire sous-régional et la mobilisation des appuis des Partenaires Techniques et Financiers (PTF).

A cet effet, il est primordial d’avoir une meilleure lisibilité et une meilleure efficacité des interventions de ses partenaires dans le contexte international actuel marqué par la raréfaction des ressources financières.

Il est bon de rappeler que la réforme « Unis dans l’action », a déjà été expérimentée par plusieurs pays africains avec succès. De façon concrète, elle consiste pour les différentes Agences du Système des Nations Unies, en s’alignant étroitement sur les priorités du Gouvernement, à assurer la cohérence et la complémentarité de leurs interventions, en vue de la recherche d’une plus grande lisibilité, une plus grande efficacité et un usage plus efficient des ressources disponibles.

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,
Comme nous l’indiquions au cours de votre retraite annuelle, sous la haute égide de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, le pays a entrepris une réforme institutionnelle profonde pour passer à la 3ème République, à travers notamment l’adoption par référendum d’une Constitution plus moderne, mieux orientée vers le développement inclusif et une meilleure prise en compte de la question du genre.
Dans l’optique de consolider les résultats socio-économiques obtenus par notre pays sur la période 2012-2015 et avancer résolument vers la mise en œuvre réussie du PND 2016-2020 pour l’émergence de notre pays et le bonheur de nos populations, le Gouvernement a organisé un Séminaire Gouvernemental pour l’adoption du Plan d’Actions Prioritaires 2017 – 2020 du Gouvernement. Les priorités du Gouvernement pour l’année sont multiples.
Sur le plan institutionnel, après la nomination du premier Vice-Président de la République, la mise en place de la nouvelle Assemblée Nationale, celle du Sénat pourrait achever la mise en place des nouvelles institutions.

L’objectif de tous ces changements institutionnels est de moderniser notre pays afin de le doter d’institutions fortes.

Au plan sécuritaire, les appuis multiformes du SNU dans la mise en œuvre du plan prioritaire pour la consolidation de la paix sont fort appréciables afin de consolider les acquis en matière de paix et de cohésion sociale, accélérer et achever la réforme du secteur de la sécurité, et faciliter la réintégration des groupes à risque.

C’est l’occasion pour moi de saluer l’action de l’ONUCI qui a mené des actions d’envergure et de haute portée sécuritaire et qui part après le retour de la paix et de la stabilité en Côte d’Ivoire.

Sur le plan économique, l’économie ivoirienne restera sur la voie d’une croissance forte et durable. Pour atteindre cet objectif, la stratégie du Gouvernement reposera sur la transformation structurelle de l’économie, avec comme moteurs les pôles de compétitivité et les industries de transformation de produits de base et l’exportation.

Les efforts du Gouvernement iront dans le sens de rendre la croissance inclusive à travers l’accélération de la redistribution des fruits de la croissance, surtout pour les plus défavorisés.

Au niveau social, nous multiplierons les initiatives en faveur du développement du capital humain notamment des jeunes et à l’extension de la protection sociale. A cet effet, un accent particulier sera mis sur la formation professionnelle et l’auto-emploi des jeunes, l’autonomisation de la femme, la mise en œuvre de la couverture maladie universelle et l’opérationnalisation du projet de filets sociaux productifs.

De même la construction et la réhabilitation d’infrastructures sanitaires et éducatives ainsi que les infrastructures économiques (routes, eau potable, énergie) qui sont des facteurs clés pour parvenir à un développement durable et, destinés à fournir des prestations de qualités, accessibles à nos populations constitueront l’une de nos priorités.

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,
Comme vous pouvez le constater, les défis sont nombreux et les chantiers importants. C’est pourquoi, nous savons compter sur l’engagement et l’accompagnement du SNU.

Pour ce faire, le CPU 2017-2020, apparaît comme un outil efficace pour l’ensemble des Agences du Système des Nations Unies, pour soutenir les priorités du Gouvernement, désormais sur un document de travail unique, doté d’un budget, et précisant clairement les actions ou rôles de chacune d’elles pour l’atteinte des résultats visés.

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,
On pourrait peut-être s’interroger sur le changement qu’apporte une telle réforme et à quel besoin concret il répond, surtout pour des acteurs nationaux que nous sommes.

C’est pourquoi, je voudrais faire une analyse rétrospective de ce qui se passait avant cette initiative, afin de mieux clarifier les enjeux et les changements que vise cette réforme.

Comme vous le savez tous, le Système des Nations Unies compte plusieurs Agences dans notre pays qui accompagnent le Gouvernement, mais aussi la Société Civile et le Secteur privé dans différents secteurs.

Et, même si elles font l’effort de s’aligner sur les priorités de ces secteurs, il n’en demeure pas moins qu’il existait : (i) une fragmentation et une dispersion des interventions du SNU dans les pays; (ii) un Déficit de coordination aux niveaux pays, régional et global;(iii) un coût élevé des transactions pour les partenaires nationaux et les donateurs et; (iv) un financement à faible prévisibilité.

Toutes choses qui entrainaient un faible taux d’absorption des ressources mises à disposition pour la réalisation des projets et programmes, ainsi qu’une réelle difficulté de traçabilité des ressources exécutées par les Agences du SNU dans la gestion des finances publiques. De même, ceci contribuait à la difficulté de compréhension de la cohérence d’ensemble des différentes interventions du SNU en Côte d’Ivoire.

Mesdames et Messieurs,
Honorables invités,
Face à tous ces constats, et en réponse aux préoccupations soulevées par les différents Etats dont la Côte d’Ivoire, les Nations Unies elles-mêmes, sur la base de leur autocritique, ont convenu qu’il faille induire une réforme qui gouverne l’ensemble de leurs interventions dans tout pays donné, convaincues qu’un émiettement dans la façon de mener ces interventions ne peut qu’en réduire l’efficacité.

En soutenant donc cette réforme, le Gouvernement réaffirme sa volonté de s’inscrire dans une logique de recherche de plus d’efficacité de l’aide au développement. C’est pourquoi il fait de la réussite de la mise en œuvre de cette réforme en Côte d’Ivoire une priorité majeure.

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,
Vous comprenez donc que le Gouvernement attache du prix à la réussite de la réforme « Unis dans l’action » en Côte d’Ivoire, pour le bien-être de nos populations.

C’est pourquoi la mise en œuvre nécessite des efforts de coordination et d’harmonisation aussi bien au sein du SNU, au sein des acteurs nationaux, qu’avec l’ensemble des partenaires nationaux et internationaux. A cet effet, il sera mis en place, par arrêté, des mécanismes et organes de coordination conjoints pour plus de synergie et d’efficacité dans les actions prévues aux différentes étapes de la réforme.

En effet, l’arrimage des plans et politiques sectoriels y compris les Plans de travail gouvernementaux et des PTFs aux priorités définies dans le PND et le cadre budgétaire est d’une impérieuse nécessité. A cet effet, la production de Plans de travail bi-annuels PTFs sont des excellentes opportunités d’alignement avec le processus budgétaire national et partant de mobilisation des contreparties nationales.

Mesdames et Messieurs
Je voudrais ici réaffirmer la disponibilité et surtout l’engagement du Gouvernement à soutenir cette réforme à hauteur de 30 milliards de FCFA. Les travaux des organes de coordination conjoints permettront de définir les modalités pratiques pour la mise à disposition et l’utilisation des ressources qui seront dégagées à cet effet.

D’ores et déjà, le Gouvernement s’est inscrit dans une dynamique de renforcement du dispositif réglementaire et institutionnel de coordination des appuis des partenaires en Côte d’Ivoire afin de mieux coordonner la mobilisation des ressources, renforcer la traçabilité et l’efficacité de l’Aide au développement à travers notamment l’alignement des interventions des partenaires sur les priorités nationales. D’ailleurs, le nouveau dispositif institutionnel de mon département avec la création d’une Direction Générale dédiée à la Coordination de l’Aide, répond à cet objectif.

Dans cette perspective, le SNU pourrait contribuer à la réussite de cette réforme, en accompagnant le Gouvernement sur les aspects techniques, financiers, mais aussi la capitalisation de bonnes expériences enregistrées dans d’autres pays.
Par ailleurs, le suivi des ODD et la mise en œuvre du PND 2016-2020 requiert un dispositif de suivi intégré comprenant des cadres de dialogue sectoriels ou thématiques et des comités locaux ou régionaux qui fonctionnent de façon efficace.

Pour ce faire, le renforcement de l’appareil système statistique national est indispensable pour disposer de données fiables et à bonnes dates pour le suivi des résultats et la prise de décision. Un appui du SNU notamment pour la mobilisation des ressources, mais aussi pour la capitalisation des expériences d’autres pays, serait fort appréciée.

Au total, il me plaît de réitérer à la suite de Monsieur le Coordonnateur Résident du SNU que la mise en œuvre efficace de la réforme « Unis dans l’action » en Côte d’Ivoire, requiert une responsabilité mutuelle des toutes les parties tout autant qu’une stratégie d’appropriation et de communication sur les résultats.

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,
Je voudrais donc pouvoir compter sur votre disponibilité et votre engagement pour être des ambassadeurs, des facilitateurs et des défenseurs de cette réforme dans vos Institutions et Départements Ministériels respectifs, afin de permettre à notre pays d’en tirer le meilleur profit.

C’est sur ces notes que je voudrais clore mon propos en réitérant mes remerciements au nom de S.E.M Amadou Gon COULIBALY, Premier Ministre et de son Gouvernement, à l’endroit du Système des Nations-Unies, et sa disponibilité à travailler de façon concertée afin d’atteindre des objectifs plus grands, pour le bien-être de nos populations et pour le développement de la Côte d’Ivoire.

Au nom de Monsieur le Premier Ministre, je voudrais lancer officiellement la mise en œuvre de la réforme « Unis dans l’action » en Côte d’Ivoire.

Je vous remercie de votre aimable attention.



Nialé KABA
Commentaires


Comment