Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Journée internationale de la diversité biologique : la Côte d’Ivoire prône la sauvegarde de la biodiversité
Publié le lundi 22 mai 2017  |  AIP
Préservation
© Abidjan.net par Marc-Innoncent
Préservation des océans: la COP 12 ouvre ses portes à Abidjan
Abidjan le 27 Mars 2017. La 12ème conférence des parties africaine sur l`environnement a ouvert ses portes sous le thème: Politiques de gestion intégré des océans en Afrique. La Ministre de la Salubrité, de l`Environnement et du Développement Durable, Anne Désirée Ouloto (photo) a présidé la cérémonie d`ouverture.
Comment


Abidjan – A l’occasion de la commémoration, ce lundi, de la Journée internationale de la diversité biologique ou biodiversité, la Côte d’Ivoire, par la voix de la ministre de la Salubrité, de l'Environnement et du Développement durable, Anne Désirée Ouloto, informe et sensibilise l’ensemble des populations sur les enjeux de sa sauvegarde.

« La diversité du vivant est l’une des caractéristiques phares de la terre, cette planète multiséculaire qui nous héberge. Cependant, la croissance démographique, le prélèvement excessif sur les stocks de ressources vivantes, la fragmentation des écosystèmes, la pollution des matrices environnementales (eau, air, sol) dégradent cette biodiversité à un niveau tel que plusieurs scientifiques évoquent cette situation comme étant celle de la 6ème phase d’extinction de la vie sur terre », observe-t-elle dans le message du Gouvernement.

Le thème de cette année, ‘Biodiversité et tourisme durable’, « rappelle à chacun de nous, citoyen, entrepreneur privé, concepteur des politiques publiques, écologiste et écologue, que la biodiversité est un maillon fort de l’économie touristique. Elle fournit gratuitement des services et des biens abondamment exploités par le secteur du tourisme », souligne la ministre.

A titre d’exemple, elle cite les paysages façonnés par les écosystèmes et habitats, qui assurent l’attractivité d’une destination ; la gastronomie inévitable lors des agapes, qui repose à 99% sur des éléments de la biodiversité; le bois et autres matériaux de construction ; les produits d’accueil, dont les savons, shampoings, serviettes et essences, fabriqués à partir de plantes.

Estimant que la réduction de ces services éco systémiques, du fait de l’érosion de la biodiversité, causera la disparition d’activités touristiques et renchérira de nombreux produits de ce secteur économique, la ministre préconise une stratégie reposant sur trois piliers.

Le premier pilier est relatif à l’amélioration des lignes directrices pour la prise en compte de la biodiversité dans la procédure d’étude d’impact des projets de développement. Eviter, réduire et compenser les pertes de biodiversité, en constitue le triptyque fondamental.

Le second pilier concerne l’implantation systématique des comités de développement durable, au sein des entreprises de service touristique, pour favoriser la diffusion de bonnes pratiques de services touristiques.

Enfin, le dernier pilier vise à poursuivre les efforts d’information et de sensibilisation pour constituer la masse critique de consommateurs responsables tel que préconisé par la stratégie de développement durable.

« Nous avons les atouts pour promouvoir un tourisme durable. J’invite donc chacun de nous à prendre toute sa part de responsabilité en vue de consolider l’avènement d’un tourisme, ami de la biodiversité », conclut-elle.

cmas
Commentaires


Comment