Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Bancassurance : on force la main !
Publié le mercredi 5 juillet 2017  |  Cote d’Ivoire Economie
Photo
© Autre presse par DR
Photo de famille Aliianz et Versus Bank
Comment


Être dans une agence bancaire et se voir tendre un contrat d’assurance est devenu aujourd’hui monnaie courante. La bancassurance. Une pratique qui permet au banquier de vendre des produits d’assurance à ses clients.

Les banques en Côte d’Ivoire se sont presque toutes engagées dans cette nouvelle dynamique comme cela se voit un peu partout en Afrique et dans le monde. Assurance individuelle, assurance-décès, invalidité. Assurance contre les cas de perte, de vol ou d’utilisation frauduleuse de cartes magnétiques, de chéquiers. Assistance voyage et séjours à l’étranger (prise en charge des frais médicaux et d’hospitalisation en cas d’accident ou de maladie, prise en charge du retour ou de la poursuite du voyage en cas de vol ou de perte des pièces d’identité, cartes de crédit ou titres de transport, prise en charge du retour anticipé en cas de décès d’un proche, prise en charge et rapatriement du corps en cas de décès, etc.). Mais aussi assurance pour complément de retraite ou assurance au bénéfice de proches en cas de disparition prématurée. Ou encore l'octroi de tout crédit… assorti d’une assurance ! Bref, la liste est loin d’être exhaustive. Et tous ces produits d’assurance sont proposés et vendus dans les établissements bancaires.

Un levier de croissance pour les banques

De l’avis d’un observateur, les banques y gagnent beaucoup, auquel cas elles n’auraient pas autant d’engouement pour la bancassurance. Il note que la dynamique actuelle du secteur bancaire ivoirien (26 banques et 2 établissements financiers) bénéficie largement de l'essor de la bancassurance. Soulignons-le, les actifs des banques ivoiriennes ont enregistré une hausse de 11% en 2016 pour s’établir à 7.684 milliards FCFA et devraient même atteindre 9111 milliards FCFA d’ici fin octobre 2017, à en croire le président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire (Apbef-Ci), Guy Koizan.
Un cadre financier est aussi formel : La bancassurance est très bénéfique pour la banque. C’est un moyen pour elle de limiter les risques en diversifiant ses sources de revenus et en rendant ainsi ses activités plus stables, et donc plus sûres pour les clients. Il en est de même pour l’assureur qui parvient ainsi à élargir de façon significative sa clientèle. Celui-ci a aussi l’opportunité de limiter les risques, de bénéficier de la bonne image et de la confiance que l’on témoigne plus spontanément aux banques. Ceci expliquerait donc cela… Pourvu que cette alliance stratégique ne se fasse pas au détriment des clients qui n’hésitent pas, le cas échéant, à crier à l’abus.

Vincent Kouassi
Commentaires

Titrologie



Cote d’Ivoire Economie N° 51 du

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie
Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Autres articles
  • Banques et mobile money : la bataille
    Cote d’Ivoire Economie - 5/7/2017
  • Le crédit-bail : un mécanisme pour le développement des PME
    Cote d’Ivoire Economie - 5/7/2017
  • Locations de véhicules : un marché en plein essor
    Cote d’Ivoire Economie - 28/4/2017
  • Transport lagunaire : une solution pour désengorger les routes
    Cote d’Ivoire Economie - 28/4/2017
  • La Côte d’Ivoire poursuit sa réforme de l’éducation
    Cote d’Ivoire Economie - 28/4/2017
  •  Tous les articles d'actualités
    Comment
    Petites Annonces avec Annonces.ci  



    Comment