Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

GAGNOA: Un iman approuve l’excision et l’immigration clandestine
Publié le mardi 25 juillet 2017  |  Notre Voie
Comment


L’Imam de la mosquée des jeunes du quartier Dioulabougou de Gagnoa, El Hadj Camara Abdoulaye, est en désaccord avec les ONG nationales et internationales qui combattent l’excision et l’immigration. Au cours d’un entretien à son domicile, samedi dernier, le guide religieux a donné sa position sur ces deux phénomènes. « Je suis contre l’interdiction de l’excision parce que le prophète Mahomet n’a jamais rejeté du revers de la main la pratique de ce phénomène, selon le Coran. Ce n’est donc pas à moi de l’interdire en tant que simple guide religieux », a-t-il déclaré. Et de justifier ses propos en s’appuyant sur le livre sacré de l’Islam et ses connaissances personnelles. « L’excision n’est pas une pratique récente. Depuis l’époque d’Abraham, ce phénomène existe. La première femme à être excisée se nomme Agathe. Une fille qui n’a pas été excisée n’est jamais satisfaite par un homme, vous pouvez le vérifier chez un gynécologue. Celle qui l’a été reste fidèlement attachée à son époux pendant une longue période parce qu’elle n’est pas folle du point de vue sexuel », a-t-il insisté. El Hadj Camara Abdoulaye déterminé à convaincre l’opinion à propos de la nécessité d’exciser la femme, a évoqué l’exemple de sa génitrice et des autres femmes de son géniteur qui n’ont pas échappé à ce fléau. « C’est faux de dire que l’excision rend la femme stérile. Cela va peut-être vous surprendre mais je n’ai pas honte de dire à qui veut m’entendre que ma mère et ses trois coépouses ont été excisées. Chacune d’elles a eu plus de cinq enfants. Je suis entièrement d’accord que l’excision se fait en Côte d’Ivoire dans des conditions difficiles alors je suggère qu’elle soit confiée à des agents de santé », propose-t-il. Le guide religieux est resté dans sa logique quand il a abordé le sujet de l’immigration clandestine. « Dans mes prêches, j’encourage les jeunes musulmans à aller à l’aventure même dans des conditions difficiles. En Côte d’Ivoire, il n’y a pas d’emploi pour les jeunes. Pour espérer avoir une place dans l’administration ivoirienne, il faut nécessairement être parent d’un ministre. Les jeunes sont mêmes impuissants face à la galère qui tracasse leurs parents », a-t-il porté au grand jour, en guise de conclusion à l’entretien qu’il nous a accordé sur sa vision de l’excision et de l’immigration clandestine.


Doumbia Namory
Correspondant permanant dans la région du Goh
Commentaires


Comment